Fin de série pour le CAC40

Fin de série pour le CAC40©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 25 mai 2018 à 17h45

Le CAC40 s'arrête à huit ! Après une impressionnante série haussière, le marché parisien abandonne 1,28% sur la semaine, à 5.543 points ce vendredi soir. Il faut dire que l'actualité des derniers jours n'était guère porteuse : prises de bénéfices appuyées sur le pétrole, inquiétudes sur les relations commerciales sino-américaines, annulation (temporaire ?) du sommet historique prévu le 12 juin à Singapour entre Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un, décision de l'administration américaine de lancer le processus d'imposition de droits de douane sur les importations automobiles, incertitudes politiques en Italie où un nouveau gouvernement tente de se mettre en place...

Coté bonnes nouvelles, la Fed a laissé entendre que le scénario de quatre hausses de taux en 2018 n'était pas privilégié à ce stade. Une majorité de ses membres comptent bien sûr relever "bientôt" le taux des "fed funds", mais elle n'a pas signalé de risque de surchauffe de l'économie américaine, qui l'obligerait à accélérer le rythme de sa normalisation monétaire. En Europe, le net repli de la monnaie unique est également bienvenu pour les sociétés exportatrices.

Des éléments favorables qui n'ont pas suffi aux investisseurs pour voir plus haut. Mais cette pause apparaît somme toute logique avant un week-end prolongé à Wall Street (Memorial Day) et à Londres (Spring Bank Holiday).

LES VALEURS

* Mauna Kea flambe de près de 14% après avoir reçu une autorisation 510(k) de la FDA américaine pour le Cellvizio et ses applications d'endomicroscopie en neurochirurgie.

* Iliad (+11%) signe l'une des plus belles progressions hebdomadaires à Paris et efface ainsi une partie de sa chute de plus de 20% enregistrée la semaine dernière dans le sillage d'une publication trimestrielle décevante. A l'image de l'ensemble des valeurs télécoms cotées sur le marché parisien, le titre du groupe de Xavier Niel a été dopé par un vif regain de spéculations à la suite d'une interview accordée au 'Monde' par le patron de l'Arcep. Sébastien Soriano a en effet déclaré: "sur la consolidation, l'Arcep a refermé cette porte en avril 2016, car les discussions détournaient les opérateurs de leurs missions d'investissement. Pendant deux ans, je leur ai donc envoyé des signaux négatifs. Là, je vois qu'ils se sont mobilisés. Les circonstances ont évolué et la porte de l'Arcep se rouvre ou du moins s'entrouvre"... "Encore faudrait-il qu'ils aient un projet créateur de valeur pour le pays, et pas simplement pour les actionnaires".

* Compagnie des Alpes s'adjuge 7,7%. Si le groupe a dévoilé des comptes semestriels en progression, c'est surtout la spéculation sur l'avenir du tour de table qui soutient la valeur ce matin. Lors de la conférence téléphonique suivant cette publication, Dominique Marcel, PDG de l'entreprise, a affirmé que le projet d'ouverture du capital pour accélérer l'expansion du groupe est toujours d'actualité, des investisseurs potentiels étant toujours intéressés... Le dirigeant a précisé qu'il ne s'engageait pas sur un calendrier mais qu'il était confiant dans le fait que la société suscite beaucoup d'intérêt : ""Nous sommes sereins. L'entreprise se développe très bien et on est dans les meilleures conditions pour traiter l'opération".

*Elior rebondit de 3,9% sur la semaine. HSBC a notamment débuté le suivi du titre à l''achat' avec un objectif de cours de 20 euros.

* Orange (+3,8%) a également connu une belle semaine avec la reprise de la spéculation dans les télécoms.

A l'inverse, *Derichebourg plonge de près de 20%, plombé par des résultats semestriels inférieurs aux attentes du marché. Le groupe a pourtant fait état d'une solide croissance sur six mois avec un chiffre d'affaires de 1,46 milliard d'euros, en hausse de 8,8%, alors que son bénéfice net s'est apprécié de 25,3% à 37,7 ME. Mais les marges ont déçu. "Derichebourg est confiant dans le fait que ses deux branches d'activité continuent de bien se porter au cours du second semestre de l'exercice", a indiqué la firme en guise de perspectives.

* EuropaCorp trébuche de 10,7% malgré l'annonce d'un chiffre d'affaires annuel de 223,7 millions d'euros, en croissance de 49% et même en hausse de 60% hors activités cédées. Il faut dire qu'on a appris au cours du week-end dernier que Luc Besson fait l'objet d'une plainte pour viol déposée par une comédienne de 27 ans. La plaignante s'est présentée à la police en disant avoir été abusée dans la nuit de jeudi à vendredi, lors d'un rendez-vous avec le réalisateur et producteur à succès au Bristol, un palace parisien situé près des Champs-Elysées, a affirmé à Reuters une source policière. Le fondateur des studios EuropaCorp "dément catégoriquement tout viol de quelque nature que ce soit", a déclaré à Reuters son avocat, Me Thierry Marembert.

* SQLI (-10,7%). Le titre, qui s'échange sur un plus bas de plus d'un an, a du mal à se stabiliser depuis l'annonce d'une activité trimestrielle marquée par une croissance organique de seulement 0,3%. La confirmation de l'objectif d'un chiffre d'affaires d'au moins 240 ME cette année n'a pas rassuré les opérateurs.

* TechnipFMC abandonne 8,8% dans le sillage du baril de pétrole. CGG (-11,5) et Maurel et Prom (-7,8%) ont également été malmenés.

* Euronext perd 6,1%, après qu'UBS eut dégradé le dossier de "neutre" à "vendre", pour un objectif de 51 euros. Le broker helvétique est le seul des 15 bureaux d'analyses qui suivent l'opérateur de marché à être négatif. A noter, qu'à l'inverse, Exane BNP Paribas, a rehaussé sa recommandation sur le titre de 'neutre' à 'surperformance'. Les analystes mettant en avant la décote accrue d'Euronext face à ses concurrents, injustifiée selon eux.

* Renault (-5,8%) signe l'une des plus importantes baisses de la semaine sur le CAC40. Il est vrai que l'actualité n'a pas été très porteuse pour le constructeur automobile ces derniers jours. Carlos Ghosn a tout d'abord indiqué ne pas s'attendre à ce qu'une fusion entre Renault et Nissan ait lieu cette année ou l'année prochaine car le travail visant à assurer la pérennité de l'alliance au-delà de la génération actuelle de dirigeants doit aussi respecter l'identité de chaque partenaire. L'action a également été plombée par la nouvelle sortie fracassante du président Trump qui compte augmenter fortement les droits de douane sur les importations de voitures aux Etats-Unis, comme il a pu le faire précédemment avec l'acier et l'aluminium. Si le Groupe Renault n'est pas directement présent outre-Atlantique, il est en revanche très exposé via ses partenaires Nissan et Mitsubishi.

* Crédit Agricole (-5,8%), Société Générale (-2,1%) et BNP Paribas (-1,6%) ont été pénalisés par le regain d'incertitude en Italie alors que le secteur bancaire transalpin, toujours fragilisé, pourrait faire les frais des futures décisions du nouveau gouvernement.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU