Finance : les temps sont durs pour les banques d'investissement

Finance : les temps sont durs pour les banques d'investissement©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 août 2019 à 11h54

Les banques d'investissement vivent une période pour le moins difficile. Chute des taux d'intérêt en territoire négatif, automatisation des échanges, stratégies d'investissement passives, faiblesses des volumes sont autant de facteurs à l'origine de cette mauvaise passe qui touche particulièrement les établissements financiers du Vieux continent. Dans cet environnement adverse, les dirigeants sont dans l'obligation de réagir pour couper les coûts et éviter une érosion plus prononcée des profits (ou une aggravation des pertes).

Résultat, près de 30.000 licenciements ont été annoncés depuis le mois d'avril dans des banques telles que HSBC, Barclays, Société Générale, Citigroup et Deutsche Bank. La plupart des réductions sont intervenues en Europe, la Deutsche représentant plus de la moitié du total, selon les calculs du 'Financial Times'. A Wall Street, les emplois dans le trading des produits de base et des actions ont diminué de 2% sur un an en juin, soit une perte d'environ 2.800 postes, a indiqué le Département du travail de New York.

"C'est dur de faire de l'argent en tant que banque d'investissement dans un environnement à taux zéro ou négatif", explique au quotidien britannique, Andrew Lowe, analyste chez Berenberg. Les banques d'investissement "sont confrontées à un changement structurel dans leur profil de revenus", souligne également Ed Firth chez Keefe, Bruyette & Woods. "Les qui gagneront auront les volumes, les systèmes et la puissance informatique. De combien de personnes avez-vous besoin pour cela?".

En bourse, le secteur est logiquement boudé par les opérateurs. L'indice Euro Stoxx Bank, qui suit les banques européennes, a perdu 26% depuis un an et évolue à son plus bas niveau depuis l'été 2016.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.