GeNeuro : contrat de financement de 7,5 ME avec GNEH

GeNeuro : contrat de financement de 7,5 ME avec GNEH©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 20 décembre 2018 à 17h51

GeNeuro a annoncé la signature d'un contrat de financement avec GNEH, filiale de l'Institut Mérieux mettant à disposition une ligne de crédit de 7,5 ME. Jesus Martin-Garcia, PDG de GeNeuro, déclare : "Cette ligne de crédit, qui complète nos ressources existantes, donne à GeNeuro une marge de flexibilité supplémentaire pour poursuivre sa stratégie de partenariat et de développement relative à GNbAC1 dans la sclérose en plaques et, en fonction de l'issue des discussions, pour finaliser la stratégie de financement à plus long-terme. C'est aussi la réaffirmation du soutien du Groupe Mérieux qui accompagne GeNeuro depuis sa création en 2006".

L'accord conclu avec GNEH SAS, filiale de l'Institut Mérieux détenant 33.88% du capital de GeNeuro, met à disposition de GeNeuro une ligne de crédit de 7,5 ME. Cette ligne de crédit est activable par GeNeuro en fonction de ses besoins de liquidité jusqu'à fin mai 2019, avec une échéance de remboursement au plus tard le 30 juin 2020. En cas de tirage de la ligne de crédit, le contrat de financement comprend certains cas de remboursement anticipé, notamment en cas d'obtention par GeNeuro de financements dans le cadre de partenariats avec des tiers ou de changement de contrôle. En cas d'émission d'actions ou de titres donnant accès au capital réalisée par GeNeuro, il est également prévu que GNEH puisse souscrire partiellement ou en totalité à de tels titres par compensation avec sa créance. En fonction de l'évolution des discussions en cours entre GeNeuro et des acteurs du secteur pharmaceutique en vue d'un partenariat, la société prévoit de procéder à une telle émission avant la fin du premier semestre 2019.

En cas de tirage sur la ligne de crédit, les montants effectivement empruntés porteront intérêt à un taux annuel s'élevant progressivement jusqu'à 12% p.a. jusqu'en juin 2020.

Ce contrat permet à GeNeuro de renforcer sa trésorerie existante et de prolonger ainsi sa visibilité financière au-delà de l'horizon de temps communiqué précédemment par la société, en lui permettant de couvrir l'ensemble de ses programmes en cours ainsi que ses frais de fonctionnement opérationnels au moins jusqu'à mi-2020 en l'absence de partenariat. Il offre par ailleurs une marge de flexibilité supplémentaire permettant à la Société de poursuivre sereinement ses discussions portant sur des options de partenariats pour le développement de son produit phare dans la SEP, et de finaliser sa stratégie de financement à long-terme.

En 2019, la Société prévoit ainsi de finaliser sa stratégie de partenariat dans la SEP. Pour mémoire, en mars 2018, GeNeuro et Servier ont publié des données prometteuses à 12 mois dans le cadre de l'étude clinique de phase IIb CHANGE-MS qui encouragent la société à poursuivre le développement du GNbAC1, un anticorps monoclonal conçu pour neutraliser la protéine pHERV-W Env, afin de contrer la progression de la maladie. A la suite de nouvelles orientations stratégiques propres à Servier, ce dernier a renoncé en septembre 2018 à exercer son option de licence et à poursuivre le financement du programme dans la SEP, permettant à GeNeuro de recouvrer la totalité des droits mondiaux et d'étendre ses discussions de partenariat et d'options de développement à l'échelle mondiale.

GeNeuro poursuit également les développements cliniques de GNbAC1 dans le diabète de type 1 avec les résultats finaux à 12 mois de l'étude RAINBOW de Phase IIa attendus au début du deuxième trimestre 2019, la Société ayant déjà annoncé en septembre 2018 l'atteinte du critère principal d'évaluation de sécurité dans cette nouvelle indication.

Enfin, la Société poursuivra en 2019 son plan de développement pré-clinique d'anticorps ciblant les pHERV-K, dans le cadre du traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot, avec pour objectif le démarrage des essais cliniques d'ici mi-2020. Ce projet fait suite aux résultats positifs de la collaboration avec le National Institute of the Neurological Disorders and Stroke (NINDS) dans la SLA.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.