GeNeuro flambe, le marché retient le positif sur GNbAC1

GeNeuro flambe, le marché retient le positif sur GNbAC1©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 26 mars 2018 à 10h18

GeNeuro et son partenaire Servier ont obtenu des résultats positifs en phase IIb (étude CHANGE-MS) avec GNbAC1 dans le traitement de la sclérose en plaques, du moins sur la neuroprotection car le critère principal n'a pas été atteint (réduction du nombre de lésions cérébrales), mais cela ne constitue pas une surprise. Les données ont montré que l'administration de GNbAC1 avait un impact positif et cohérent sur des marqueurs clés de la neuroprotection liés à la progression de la maladie, indiquent les deux laboratoires, en ajoutant qu'il s'agit d'une première pour un traitement qui cible une protéine issue d'un rétrovirus endogène humain. Les investisseurs ont choisi de conserver le positif dans les résultats, avec un titre qui bondit de 24,6% en matinée, à 7,20 euros. Pour Bryan Garnier, les données sur la neurodégénérescence sont impressionnantes et celles sur la neuroinflammation guère surprenantes. "Basé sur ces premiers résultats nous pouvons penser que GeNeuro essaie d'orienter GNbAC1 en combinaison sur une classe de population spécifiée", pense pour sa part Invest Securities. Désormais, une fenêtre de tir s'offre pour Servier, qui pourra choisir de lever ou non l'option dont il dispose sur le candidat.

Solide sur la neurodégénérescence

Le protocole portait sur 270 patients dans 12 pays européens. Il a permis de révéler un bénéfice neuroprotecteur sur des mesures d'atrophie du cerveau. Des effets positifs ont été observés sur les volumes du cortex et du thalamus, avec une réduction relative de la perte de volume de 31% et 72% respectivement, entre la dose la plus élevée de 18 mg/kg et le groupe témoin, ainsi qu'une relation dose effet statistiquement significative dans les deux cas. L'analyse du volume cérébral total a mis en évidence une réduction relative de la perte de volume de 29% sur 12 mois avec la dose la plus élevée, comparé au groupe témoin. Par ailleurs, le nombre de lésions hypointenses T1 d'un volume supérieur ou égal à 14 mm3 est réduit de 63 % à la fin de l'étude dans le groupe recevant 18mg/kg comparé au groupe témoin. Enfin, le bénéfice du Ratio de Transfert d'Aimantation observé à 6 mois dans le groupe recevant 18mg/kg comparé au groupe placebo, est resté stable au cours de la deuxième période de l'étude par rapport au groupe témoin, tant au niveau de la substance blanche d'aspect normal que des bandes corticales, en cohérence avec un potentiel bénéfice sur la remyélinisation.

Pour la plupart des marqueurs de neuroinflammation mesurés par IRM, tous les groupes ont montré des signes d'amélioration entre le 6ème et le 12ème mois, mais aucune différence significative n'a été constatée entre les groupes de traitement. Bien qu'à 6 mois le critère d'évaluation principal de l'étude (réduction du nombre de lésions cérébrales rehaussées par le gadolinium mesurées par IRM) n'a pas été atteint, une tendance s'était révélée lors des analyses post-hoc sur les marqueurs de neuroinflammation, toutefois cette tendance n'a pas abouti à un résultat pertinent au bout de 12 mois. Aucune toxicité liée à un type d'organe ni d'événement indésirable lié à la dose n'ont été observés chez les patients.

Le laboratoire commentera ces résultats à 14h00 ce jour en conférence téléphonique.

Une option à lever

L'accord sur GNbAC1 dans la SEP implique la prise en charge par Servier de la totalité de l'étude de phase IIb pour 37,5 ME, plus le financement intégral d'une nouvelle étude baptisée ANGEL, de suivi des patients de la phase IIb pendant deux ans de plus. L'option dont dispose Servier peut lui conférer les droits exclusifs sur le traitement hors Etats-Unis et Japon et entraînera la prise en charge à 100% de la phase III, des frais de production et de commercialisation sur ses territoires. GeNeuro sera éligible à des montants pouvant s'élever jusqu'à 325 ME additionnels en fonction de certains critères, ainsi qu'à des redevances sur les ventes futures.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU