Genfit : perte nette de 34,5 millions d'euros au 30 juin

Genfit : perte nette de 34,5 millions d'euros au 30 juin©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 25 septembre 2018 à 07h06

Les éléments clés des résultats semestriels 2018 de Genfit sont les suivants : La situation de trésorerie et équivalents de trésorerie s'établissent à 238 millions d'euros au 30 juin 2018 contre 273,8 millions d'euros au 31 décembre 2017. Les produits d'exploitation représentent 5,1 millions d'euros (4,7 millions d'euros au 30 juin 2017) provenant principalement du Crédit d'impôt recherche pour un montant de 5 millions d'euros au premier semestre 2018 (4,5 millions d'euros pour le semestre précédent), traduisant l'augmentation des dépenses opérationnelles liée à la progression du portefeuille de programmes de recherche et développement entre les deux semestres.

Les charges d'exploitation s'élèvent à un total de 36,7 millions d'euros (27,1 millions d'euros au 30 juin 2017), dont 89% consacrés à la recherche et au développement. La hausse des charges d'exploitation est due :
-principalement à l'augmentation des coûts de sous-traitance opérationnelle (de 14,3 millions d'euros au 30 juin 2017 à 22,7 millions d'euros au 30 juin 2018) résultant de l'avancement du portefeuille de programmes de recherche et développement - et principalement de la progression de l'étude de Phase 3 RESOLVE-IT évaluant elafibranor dans la NASH ;
-et accessoirement à l'augmentation des charges de personnel (de 5,5 millions hors paiements fondés en actions d'euros au 30 juin 2017 à 6 millions d'euros hors paiements fondés en actions) et des autres charges opérationnelles (de 5,2 millions au d'euros au 30 juin 2017 à 5,9 millions d'euros au 30 juin 2018), résultant notamment de la progression des dépenses de communication, de la taxe sur les salaires, des charges de propriété intellectuelle et des charges de maintenance et d'entretien des équipements du siège.

En conséquence des variations des revenus et des dépenses, une perte nette s'élevant à 34,5 millions d'euros au 30 juin 2018 (22,6 millions d'euros au 30 juin 2017). Pour mémoire, la perte nette de l'exercice 2017 s'élevait à 58,6 millions d'euros.

Jean-François Mouney, Président-Directeur Général de Genfit, a déclaré : "Nos résultats financiers semestriels traduisent principalement les efforts consentis et les avancées importantes enregistrées dans le cadre de notre programme de développement clinique d'elafibranor. En premier lieu dans la NASH, avec le recrutement du dernier des environ 1000 patients de l'étude RESOLVE-IT composant la cohorte sur la base de laquelle une autorisation conditionnelle de mise sur le marché d'elafibranor pourrait être obtenue en 2020. Nous attendons donc avec impatience les principaux résultats intermédiaires de cet essai qui devraient être disponibles à la fin de l'année prochaine. Le recrutement des patients de l'étude de phase 2 évaluant elafibranor dans la PBC a également été achevé il y a environ 2 mois, ce qui devrait nous permettre de disposer de ses résultats principaux dés la fin de cette année. Le semestre écoulé a également été celui de l'acceptation du plan initial d'étude pédiatrique d'elafibranor par la FDA, qui nous permet de lancer un essai clinique pédiatrique dans la NASH sur le sol américain dans les semaines qui viennent. S'agissant des autres programmes, nous concentrerons nos efforts dans les mois qui viennent à rechercher un accord avec un acteur industriel qui nous permettra d'accélerer la mise au point du nouveau test de diagnostic in vitro dans la NASH que nous souhaitons développer en partenariat. Il est également envisagé qu'un essai de phase 2a soit lancé aux Etats-Unis pour évaluer nitazoxanide dans la NASH avec fibrose avancée. Les résultats cliniques attendus pourront déboucher sur la mise en oeuvre de notre stratégie à moyen terme qui vise à faire évoluer progressivement GENFIT vers un modèle de société biopharmaceutique de spécialité dans les maladies du foie d'origine métabolique et les maladies hépato-biliaires, générant à la fois des revenus résultant d'accords de cession totale ou partielle des droits d'exploitation de ses produits et résultant de ventes directes sur des territoires donnés dans certaines indications comme la NASH et la PBC".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.