Global Bioenergies : publie une trésorerie brute de 15,2 ME au 15 mars

Global Bioenergies : publie une trésorerie brute de 15,2 ME au 15 mars©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 16 mars 2021 à 07h20

Le Conseil d'administration de Global Bioenergies a arrêté les comptes annuels 2020, lesquels ont été audités par le Commissaire aux comptes. Les résultats annuels consolidés font état d'une perte nette de 11,1 ME sur l'exercice 2020, à rapprocher d'une trésorerie de 15,2 ME à ce jour, "assurant une bonne visibilité à l'entreprise" commente la direction.

Le Conseil d'administration de Global Bioenergies a arrêté les comptes annuels 2020, lesquels ont été audités par le Commissaire aux comptes. Les résultats annuels consolidés font état d'une perte nette de 11,1 ME sur l'exercice 2020, à rapprocher d'une trésorerie de 15,2 ME à ce jour, "assurant une bonne visibilité à l'entreprise" commente la direction.

Les dépenses d'exploitation du démonstrateur et du pilote et les études d'ingénierie ont peu varié. Près de 2,1 ME de nouvelles dépenses sont apparues, d'abord pour la mise au point et le développement de la conversion de l'isobutène produit à Pomacle et Leuna en isododécane de qualité cosmétique, mais aussi pour la conduite et réalisation des études et tests permettant la commercialisation, ainsi qu'au développement de la marque propre.

Les charges d'exploitation restent par ailleurs encore fortement impactées par les frais d'amortissement, et notamment ceux du démonstrateur de Leuna (2,9 ME) initiés le 1er avril 2017 pour une durée de 4 ans. La fin de l'amortissement du démonstrateur à la fin du premier trimestre de cette année 2021 induira une amélioration naturelle du résultat d'exploitation de 2021.

L'actif immobilisé diminue du fait d'investissements matériels limités à moins de 0,3 ME en 2020 et des amortissements enregistrés pour 3,3 ME. L'encaissement, en décembre, de la première partie du Prêt Garanti par l'Etat (4,9 ME sur le total obtenu de 6 ME) impacte les "avances conditionnées et emprunts". Les "autres dettes et Produits Constatés d'Avance" évoluent peu parce que les 2,2 ME d'encaissements perçus en 2020 au titre des cinq projets bénéficiant de financement européen sont venus compenser les dépenses engagées sur lesdits projets.

Les flux générés par l'activité (-10,6 ME) ont été compensés par l'encaissement d'une partie du Prêt Garanti par l'Etat et par la ligne de financement Kepler Cheuvreux (+10,6 ME). Le solde de l'évolution est traduit par les investissements matériels (-0,3 ME) et le remboursement de la dette (-1,5 ME).

Samuel Dubruque, Directeur Administratif et Financier de Global Bioenergies, a commenté : "2020 poursuit le mouvement de réduction de la perte amorcé il y a plusieurs années : -14,3 ME en 2017, -13,6 ME en 2018 et -12,7 ME en 2019. Nous avons su tenir en 2020 cet objectif d'amélioration du résultat tout en lançant de nouvelles dépenses dans le cadre de notre développement, avec un accent notamment mis sur la préparation de l'accès au marché dès 2021.
Nos annonces de ces derniers mois ont d'abord indiqué la constitution d'une équipe réunissant les expertises inhérentes aux différents métiers de la cosmétique. Nous avons ensuite annoncé le succès des phases d'évaluation toxicologique et d'enregistrement dans le système réglementaire européen permettant la production, le stockage, le transport et l'utilisation de notre isododécane dans un premier domaine, celui de la cosmétique. Enfin, nous avons exposé notre démarche audacieuse de lancement dans les prochains mois de notre propre gamme de maquillage longue durée, basée sur cet ingrédient."

Marc Delcourt, Directeur Général de Global Bioenergies, ajoute : "Notre isododécane nous donne l'opportunité unique d'apporter la naturalité au maquillage longue durée, qui représente à lui seul un marché d'environ 10 milliards d'euros au niveau mondial. La capacité de production de notre démonstrateur est suffisante pour générer sur ce segment des produits finis représentant une valeur marché importante. Nous avons décidé de faire l'effort intense de descendre dans la chaîne de valeur pour valoriser notre innovation au maximum, et aussi pour contribuer en notre nom à la grande quête de naturalité du domaine de la cosmétique.
Nous travaillons tout aussi activement à l'augmentation accélérée de notre production, qui passe par une adaptation fondamentale de notre procédé : il s'agit de prendre appui sur des capacités fermentaires existantes, là où jusqu'alors notre procédé requérait des fermenteurs spécifiques, devant être construits à façon. Cette évolution nous permettra d'accélérer la mise à disposition de produits sans attendre la construction d'usines neuves. Les premières validations en pilote sont très prometteuses, et se traduiront par une nouvelle trajectoire industrielle dont le détail sera exposé prochainement. Notre marque en propre pourra capter une partie de cette production croissante. Le reste sera mis à disposition des grands acteurs du domaine, de façon ordonnée et progressive. 2020 a été rude, mais nous avons progressé comme jamais."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.