Groupe ADP recule, la visibilité reste limitée

Groupe ADP recule, la visibilité reste limitée©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 18 février 2021 à 11h45

Groupe ADP perd 1,8% à 95,1 euros au lendemain de la présentation de résultats annuels très fortement impactés par la crise sans précédent qui frappe le secteur aérien. Le gestionnaire des aéroports parisiens a essuyé une perte nette de 1,169 MdE l'an passé alors que son chiffre d'affaires consolidé a été divisé par plus de deux à 2,137 milliards d'euros. Sur l'exercice, le trafic passagers a chuté de 60,4%. La firme est parvenue à dégager un Ebitda positif, à +168 millions d'euros, en baisse de 90,5%.

ADP disposait d'une trésorerie s'élevant à 3,5 MdsE au 31 décembre 2020 et n'anticipe pas de difficultés de trésorerie à court terme.

Au niveau des perspectives, Groupe ADP anticipe, pour 2021, un trafic compris entre 45% et 55% du niveau de 2019 avec une hypothèse de trafic pour le seul Paris Aéroport entre 35% et 45% du trafic 2019. Dans ces conditions, le ratio Ebitda/ chiffre d'affaires au niveau du groupe devrait être compris entre 18% et 23%. Le montant des investissements annuels à Paris pour la période 2021-2022 est par ailleurs estimé entre 500 et 600 ME par an.

L'EBITDA et la dette nette pour l'exercice 2020 ont été légèrement meilleurs que prévus, avec une bonne exécution en matière de réduction des coûts, explique Bank of America. Si le groupe semble assez bien gérer les Opex, la banque pense que la visibilité sur la reprise des bénéfices reste très faible étant donné la forte exposition au trafic long-courrier et d'affaires (40%/30%) de l'entreprise. BoA reste ainsi prudent sur la valeur et maintient son avis 'sous-performance' avec une cible de 88 euros.

Oddo BHF ('sous-performer') réduit son objectif de 103 à 102 euros après avoir ajusté ses estimations afin d'intégrer les résultats et le manque de visibilité pour 2021. Le titre ADP est désormais revenu sur des niveaux proches des plus hauts du mois de novembre ce qui ne reflète pas, selon le broker, la lenteur de la reprise du trafic, les difficultés rencontrées pour ajuster les coûts, les incertitudes sur l'évolution de la réglementation et la pression des compagnies aériennes et les enjeux environnementaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.