Groupe Parot : en perte de 6,4 ME au 1er semestre

Groupe Parot : en perte de 6,4 ME au 1er semestre©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 29 octobre 2020 à 19h26

Eu égard à la crise sanitaire mondiale liée au COVID-19 venue impacter les activités dès le début du mois de mars 2020, le Groupe Parot réalise un chiffre d'affaires de 166,7 millions d'euros au 1er semestre 2020 (287,8 ME un an plus tôt). Il est en baisse de -31,7% (à périmètre comparable) par rapport au 1er semestre 2019, alors que le marché automobile est en recul, en immatriculations, de -38,7% sur la période.

Dans ce contexte tout à fait exceptionnel, et alors que le Groupe venait de finaliser son plan de recentrage initié en 2019 et qu'il devait confirmer son redressement, les résultats s'avèrent impactés sur le 1er semestre 2020 par une activité anormalement ralentie. Le résultat d'exploitation ressort ainsi à -4,9 ME (-1,8 ME sur le 1er semestre 2019.

Un plan d'économies a rapidement été mis en place visant à optimiser les charges fixes (redéploiement des équipes, réduction des coûts externes, transfert du siège social dans les locaux d'exploitation ...), et dont les effets, attendus dès le 2nd semestre 2020 pour les 1ers, sont estimés à 1,5 ME en année pleine.

Le résultat financier reste stable à -1 ME. Le résultat exceptionnel ressort à -0,4 ME, correspondant aux -0,2 ME sur la cession du pôle premium, et -0,2 ME sur le plan d'économies.

Le résultat net du Groupe ressort ainsi à -6,4 ME sur le 1er semestre 2020.

Structure financière

La finalisation du recentrage opéré par le Groupe, qui a conduit sur le 1er trimestre 2020 à la cession effective de l'intégralité de son pôle Premium, a permis le remboursement de 4,8 ME de dettes moyen terme liées à l'acquisition de Brienne Auto en 2017 (devenue depuis Parot Premium Bordeaux). Il convient également de souligner que la cession de ce pôle a permis de réduire de 13,3 ME l'exposition du groupe aux financements court terme et autres concours bancaires.

Par ailleurs, le report de paiement de charges sociales et fiscales (4,4 ME à fin juin dans le cadre des mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises liées à la crise sanitaire) et la réduction des stocks sur le semestre ont contribué à une génération de trésorerie de +7,6 ME et une forte réduction de l'endettement consolidé avec un gearing ramené à 50% au 30 juin 2020. L'endettement au 30 juin reste majoré du report des 0,9 ME d'échéances moyen terme reportés sur la période dans le cadre des mesures de soutien exceptionnelles liée à la crise Covid-19, ces échéances ayant été régularisées en septembre 2020.

Les comptes au 30 juin n'intègrent pas le PGE obtenu par le Groupe auprès de ses partenaires bancaires pour un montant de 23,9 ME et encaissé fin septembre 2020.

Perspectives

Depuis le mois de juin dernier, le Groupe Parot a progressivement retrouvé un niveau normal d'activité, laissant augurer une tendance plutôt bonne sur le second semestre. Le Groupe espère ainsi pouvoir réduire sur le second semestre l'impact négatif de la COVID-19 sur le résultat par rapport au 30 juin 2020.

Sur le plan opérationnel, le niveau d'activité du Groupe au second semestre 2020 reste malgré tout conditionné à la capacité de ses partenaires constructeurs et canaux d'approvisionnement en véhicules d'occasion à fournir un volume suffisant par rapport à la demande. Dans le contexte actuel d'incertitudes économiques, le Groupe aborde la période avec un niveau de liquidité et d'autorisations de financement qui lui permettent de suivre sa feuille de route dans les meilleures conditions. Pour autant, une réflexion sur un renforcement des fonds propres visant à consolider sa situation financière est en cours.

Alexandre Parot, PDG du Groupe Parot commente : "Le 1er semestre de l'année a tout d'abord été celui de la fin de notre plan de rationalisation, intervenue en plein confinement avec la cession de notre pôle BMW-MINI. Une étape nécessaire au retour à la rentabilité de notre Groupe, et qui avait été annoncée dès la fin de l'année dernière. Hélas, tous nos plans ont été par la suite balayés avec l'apparition de la pandémie de COVID-19 et ses conséquences. Notre priorité a alors été de sécuriser la liquidité du Groupe : abaissement de notre BFR qui est passé de 30 à 22 jours, réduction de notre endettement avec un gearing ramené à 50% grâce à la cession du pôle Premium, sécurisation de nos carnets de commande avant de nous concentrer sur la reprise post-confinement, et enfin négociation et obtention d'un PGE avec nos partenaires bancaires pour 23,9 ME. Ainsi dès le mois juin, nos ventes affichaient une hausse de près de 8%".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.