Groupe Partouche : l'interdiction d'ouverture des casinos obère les comptes 2020

Groupe Partouche : l'interdiction d'ouverture des casinos obère les comptes 2020
casino, partouche

Boursier.com, publié le mercredi 27 janvier 2021 à 18h50

Après un début d'exercice marqué par une très bonne dynamique jusqu'à la mi-mars, l'activité du Groupe Partouche a été brutalement stoppée par le 1er confinement, puis par l'interdiction d'ouverture des casinos, entre la mi-mars et le début du mois de juin, avant de reprendre de manière tout à fait satisfaisante en juin. Ce dernier constat est un élément déterminant, malgré les nécessaires mesures sanitaires mises en place, dans la confiance que le Groupe a sur sa capacité à redémarrer son activité de manière optimale.

La fin de l'exercice a été une nouvelle fois marquée par les mesures visant à limiter la propagation de la Covid-19, impliquant la fermeture progressive de tous les casinos français sur le mois d'octobre 2020. Ces derniers restant toujours fermés à ce jour.

En conséquence, le Produit Brut des Jeux (PBJ) enregistre une baisse de -21,8% sur l'exercice à 525,7 ME. Ce recul est imputable au repli du PBJ des machines à sous (-26,7%) et du PBJ des jeux traditionnels en France (-17,8%). Seul le PBJ des jeux traditionnels à l'étranger progresse (+ 24,6%) porté par le bond des jeux online et des paris sportifs en Belgique (+ 51,1%) qui ont profité du contexte de confinement et de fermeture. Le Produit Net des Jeux (PNJ) est globalement en retrait à 282,9 ME. En parallèle, le chiffre d'affaires hors PNJ affiche une baisse de 36,1 ME à 62,7 ME.

Le chiffre d'affaires consolidé 2020 du Groupe recule de -20,8% pour atteindre 343,5 ME.

L'Ebitda 2020 s'élève à 51,2 ME (75,7 ME en 2019), pour représenter 14,9% du chiffre d'affaires. Cette baisse est toutefois atténuée par l'impact positif de la première application de la norme IFRS 16 sur cet exercice (bonification de +13,3 ME). Hors IFRS 16, l'Ebitda aurait donc été de 37,9 ME, réduit de moitié par rapport à 2019.

Le résultat opérationnel courant (ROC) est une perte de -8,3 ME. La contraction de -41,7 ME par rapport à 2019 est la conséquence directe des fermetures des casinos sur le chiffre d'affaires. Le résultat opérationnel est une perte de -12,1 ME, contre un bénéfice de 31,9 ME en 2019.

Au global, après prise en compte de la quote-part de résultat dans la société La Pensée Sauvage Lifestyle et ses filiales (perte de 0,1 ME, contre -0,3 ME en 2019), le résultat net ressort en perte de -15,2 ME contre un bénéfice de 25 ME en 2019, dont -17,4 ME en part du Groupe. Par ailleurs, l'application de la norme IFRS 16 obère le résultat net consolidé de 1,5 ME.

Solide structure financière

L'actif du bilan consolidé est en hausse de 67,6 ME. Au passif, les capitaux propres du groupe, intérêts minoritaires inclus, se contractent de 20 ME à 371,9 ME. La dette financière progresse de 85,4 ME, à 247,1 ME au 31 octobre 2020. La dette financière nette ressort à 91,5 ME (+18,7 ME).

La structure financière du Groupe demeure saine, avec des ratios de levier (Endettement net/ Ebitda) et de 'gearing' (Endettement net/ Capitaux propres) respectivement à 2,3x et 0,2x (1x et 0,2x un an plus tôt). Groupe Partouche respecte son ratio de levier selon les termes de son crédit syndiqué et de son EuroPP.

Perspectives

Le Groupe continue d'enrichir son offre et de rénover son parc de casinos pour améliorer ses performances. Ainsi,
- la rénovation de Royat afin de recentrer l'activité sur le jeu et améliorer significativement le parcours utilisateur s'est achevée le 8 décembre après 2 ans de travaux. Des écrans géants ont été installés dans la rotonde accueillant le public, garantissant une immersion totale dans des univers de contenus très variés ;
- l'Aquabella Hôtel & Spa en centre-ville d'Aix-en-Provence et à proximité du Pasino est sur le point d'achever la restructuration de ses parties communes, après la rénovation de l'ensemble de ses chambres en 2019 et de son restaurant avec sa terrasse bio-climatique, ses cuisines et la création de quatre suites dans son belvédère sur l'exercice 2020 ;
- le casino de Bandol finalise les travaux d'agrandissement de sa salle de jeux et la rénovation de son restaurant et de sa cuisine pour une livraison prévue en avril 2021 ;
- le casino d'Hyères sera partiellement rénové, comme prévu dans sa DSP, d'ici à 2024 ;
- enfin, d'autres réaménagements sont prévus pour les casinos de la Tour-de-Salvagny (2021) près de Lyon et à Annemasse près de Genève (2022).

Par ailleurs, le conseil d'Etat Belge a finalement validé le choix de la commune d'Ostende de confier la gestion du casino au candidat concurrent. La concession actuelle expire le 31 juillet 2021. Groupe Partouche a engagé diverses procédures tendant à faire valoir ses droits sur le bail des locaux qui a été consenti jusqu'en 2029 et en contestation de l'Arrêté Royal de 2002 qui a aligné rétroactivement les délégations longues, comme celle d'Ostende, sur la durée maximale des nouvelles délégations (20 ans), réduisant ainsi de 8 ans la concession dont le Groupe est titulaire.
Ces procédures pourraient ouvrir droit à indemnisation. Il est à noter, par ailleurs, que le Groupe a signé avec la commune de Middelkerke la concession du casino qui a été remportée et qui débutera le 1er juillet 2022.

Enfin, le consortium formé par Groupe Partouche et Pixel Companyz Inc en août 2020 s'est positionné pour répondre à l'appel d'offres lancé par la Préfecture de Nagasaki, au Sud-Ouest du Japon, pour la construction d'un Integrated Resort sur 31 hectares. Celui-ci prévoit le développement d'un centre de congrès, d'installations de loisirs, hôtels, restaurants, boutiques et d'un casino, dont Groupe Partouche aurait la gestion.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.