Hermes grimpe après la nouvelle hausse des résultats

Hermes grimpe après la nouvelle hausse des résultats
Hermès boutique à Mumbai

Boursier.com, publié le mercredi 20 mars 2019 à 10h04

Hermes vient de publier des résultats annuels en progression et globalement en ligne avec les attentes des analystes. Sur l'exercice clos fin décembre, le sellier enregistre un bénéfice net de 1,405 milliard d'euros (+15%) pour un chiffre d'affaires consolidé de 5,966 MdsE, en croissance de +10,4% à taux de change constants et de +7,5% à taux de change courants. Le résultat opérationnel courant progresse de 6% à 2,045 MdsE (34,3% des ventes). Le cash flow disponible augmente de 8% à 1,45 MdE et la trésorerie nette atteint 3,46 MdsE, en augmentation de 553 ME.

La France résiste

Par zone géographie, l'Asie hors Japon a enregistré une croissance de 14%, l'Amérique (+12%) confirme sa belle dynamique dans l'ensemble de la zone alors que l'Europe hors France (+8%) réalise une solide performance, portée notamment par le Royaume-Uni et l'Italie. La France (+6%) est en progression, malgré l'impact négatif des événements de fin d'année.

À moyen terme, malgré le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde, le groupe confirme un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux.

Dividende de 4,55 euros par action

Lors de l'Assemblée générale du 4 juin, il sera proposé de fixer le dividende à 4,55 euros par action. L'acompte de 1,50 euro versé le 22 février viendra en déduction du dividende qui sera décidé par l'AG.

"Pas de rupture de tendance"

Après avoir ouvert dans le rouge, le titre gagne du terrain après ces annonces, en hausse de 0,6% à 594,2 euros. Interrogé lors d'une conférence téléphonique sur l'évolution des ventes depuis le début de l'année, le gérant du groupe, Axel Dumas, a déclaré ne pas voir "de rupture de tendance à ce stade". "Nous continuons d'avoir de bons volumes sur tous les métiers, avec une croissance modérée sur la soie".

Statu quo chez les analystes

Du côté des analystes, l'heure semble être au statu quo. RBC Capital reste par exemple à 'performance sectorielle' avec un objectif de 510 euros, Bryan Garnier réitère son conseil 'acheter' et sa 'fair value' de 535 euros, et Mainfirst confirme sa recommandation 'neutre' avec une cible de 505 euros. Kepler Cheuvreux revalorise en revanche le groupe de luxe de 500 à 560 euros tout en maintenant son opinion 'conserver'.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.