Iliad trébuche en bourse après des recrutements fixes décevants pour Free

Iliad trébuche en bourse après des recrutements fixes décevants pour Free©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 13 mars 2018 à 09h12

Iliad a publié des résultats ajustés en hausse et confirmé ses ambitions de moyen terme ce matin. La maison-mère de Free recrute moins dans le fixe, compte tenu d'un contexte concurrentiel très agressif.

Les revenus de l'opérateur ont progressé de 5,6% à 4,987 milliards d'euros, grâce à 3,5% de progression dans le fixe (2,78 MdsE) et 8,4% dans le mobile (2,21 MdsE). L'Ebitda de la période est en hausse de 6% à 1,777 MdsE, soit une marge qui s'apprécie symboliquement à 35,6%. Le résultat opérationnel courant ressort à 862 ME, en nette hausse de 16%, notamment en raison de la baisse des charges d'amortissement. Enfin, le bénéfice net croît de près de 20% à 480 ME (en données ajustées), mais il est stable à 405 ME en données publiées du fait de la charge fiscale exceptionnelle d'impôt sur les sociétés décidée par le gouvernement fin 2017, qui pèse pour 76 ME. Un dividende de 0,68 euro par action sera proposé à la prochaine assemblée.

Le consensus S&P Global Market Intelligence (26 analystes) misait sur 5,006 MdsE de revenus, 1,8 MdE d'Ebitda et 447,5 ME de bénéfice net.

Ralentissement des recrutements en fin d'année

Côté abonnés, Free en comptait 6,52 millions au 31 décembre 2017 dans le fixe, soit une hausse nette de 135.000 sur un an, représentant 21% des recrutements nets, selon l'opérateur (les recrutements ont avoisiné 22.000 abonnés au 4ème trimestre). Dans le mobile, 13,695 millions d'abonnés ont été recensés (vs. 12,700 millions fin 2016), soit près d'un million de recrutements nets, permettant à la part de marché de monter à 19%. L'ARPU fixe a reculé à 33,90 euros en 2017, mais celui de la Freebox Revolution est resté supérieur à 38 euros. Le nombre de prises raccordables en FTTH est passé de 4,4 à 6,2 millions en un an. Enfin, la consommation 4G par abonné et par mois était en moyenne de 8,4 Go, contre 4,9 Go fin 2016.

Cette année, le management se fixe pour objectifs de disposer de 9 millions de prises FTTH et d'ouvrir 2.000 nouveaux sites mobiles environ, pour porter la couverture 4G à près de 90%. Le groupe devrait finaliser la migration des sites 4G en 1.800 MHz courant 2018. Côté financier, la marge d'Ebitda est attendue en hausse en France, alors que 1,4 à 1,5 MdE d'investissements vont être conduits. A long terme, Iliad vise toujours une part de marché dans le fixe et dans le mobile de 25%. A l'horizon 2020, le groupe espère toujours dépasser 40% de marge d'Ebitda en France et dégager un Ebitda-investissements France supérieur à 1 MdE.

En Italie, le groupe " progresse en vue du lancement de ses offres mobiles ", mais ne donne aucune date précise. L'opérateur entend atteindre un équilibre en Ebitda avec moins de 10% de part de marché dans le pays.

Titre en berne

Réveil délicat, sans surprise, avec un titre qui chute de 4,7% à 187,90 euros, dans des volumes bien garnis. La dynamique de croissance ralentit en France, sans surprise, comme pour tous les acteurs. Mais cela pèse plus sur Iliad qui conserve ce statut de trublion, alors qu'il est en train de rentrer dans le rang. La conquête clients est solide dans le mobile, souligne ce matin Oddo BHF, mais c'est plus compliqué dans le fixe avec 22.000 nouveaux clients là où le consensus en espérait 30.000 au 4ème trimestre. Pour pallier un marché qui se durcit avec les promotions ADSL permanentes de Bouygues, le salut viendra de la fibre avec une accélération du déploiement.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU