Ingenico : Natixis dit ne pas envisager d'OPA

Ingenico : Natixis dit ne pas envisager d'OPA©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 novembre 2018 à 20h05

Alors que le récent départ du PDG d'Ingenico a relancé les spéculations sur l'avenir du leader des solutions de paiements intégrées, la banque Natixis a écarté jeudi toute OPA sur Ingenico. A l'occasion de la publication de ses résultats du 3ème trimestre, la banque a précisé dans un communiqué que "Natixis reconfirme ne pas envisager une OPA sur Ingenico".

Natixis avait toutefois confirmé le mois dernier son intérêt pour un mariage de ses activités de paiements avec celles d'Ingenico. Le 11 octobre, Natixis avait ainsi indiqué dans un communiqué "son intérêt à explorer la logique d'un rapprochement industriel de ses activités de paiement avec celles du groupe Ingenico".

Priorité aux acquisitions dans la gestion d'actifs et de fortune

"Natixis a indiqué de manière claire que le développement de son activité paiement et les investissements dans cette activité font partie de sa stratégie, y compris en participant à la consolidation du marché, et continue de revoir ses diverses options à cet effet" avait alors précisé le groupe.

Ce jeudi, la filiale cotée du groupe mutualiste BPCE a cependant souligné que la priorité de sa stratégie de fusions et d'acquisition concerne son métier de gestion d'actifs et de fortune, et seulement dans un second temps les systèmes et services de paiements et la banque de financement et d'investissement. Le groupe a ainsi annoncé le même jour l'acquisition de Massena Partners, une société spécialisée dans la gestion et le conseil en investissements. Cette opération permet à Natixis de se renforcer sur le segment des très grosses fortunes.

Natixis a fait état jeudi d'un bénéfice net publié en hausse de 10% au troisième trimestre, à 422 millions d'euros sur le trimestre, ainsi qu'un produit net bancaire (PNB) de 2.376 millions d'euros. en hausse de 8%.

Des objectifs de cours de l'ordre de 80 euros en cas d'OPA

La spéculation sur une évolution du capital d'Ingenico a été relancée le 5 novembre par le départ contraint de son PDG, Philippe Lazare, après onze années passées à la tête du groupe.

Pour le courtier Bryan Garnier, qu'Ingenico reste ou non indépendant in fine, la société est maintenant sous pression et n'a pas d'autre choix que de revoir toutes ses options. Cela signifie que quelque chose de positif pourrait arriver. Soit Ingenico trouvera une solution qui plaira à ses actionnaires pour qu'il puisse rester indépendant, soit le groupe sera acquis par un acteur français avec une belle prime (le broker voit une offre à au moins 80 euros par titre). Le courtier est à l''achat' sur le dossier avec une 'fair value' de 67 euros.

Mardi, la firme Invest Securities envisageait dans une note une "décision stratégique radicale" pour Ingenico, qui permettrait de cristalliser une valeur bien supérieure aux niveaux actuels, notamment pour l'activité Terminaux de Paiement. S'il est difficile de préjuger du schéma retenu (scission, rachat de tout ou partie d'une activité, adossement...), IS a estimé que l'intérêt spéculatif n'a jamais été aussi prégnant. Dans ce contexte, le courtier a intégré dans son objectif pour 50% une valorisation spéculative (82 euros) et pour 50% une valorisation fondamentale (74 euros), l'amenant ainsi à rehausser sa cible de 74 à 78 euros. IS est à l''achat' sur la valeur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.