Innate Pharma recule après des comptes intermédiaires sans surprise

Innate Pharma recule après des comptes intermédiaires sans surprise
Des tubes à essai dans le laboratoire de l'Institut de recherche sur le cancer de Sutton

Boursier.com, publié le lundi 18 septembre 2017 à 10h48

Innate Pharma, l'une des sociétés françaises de biotechnologies les plus avancées dans ses développements, a présenté ce matin ses résultats du premier semestre 2017, durant lequel 24,9 millions d'euros de trésorerie ont été consommés, dont 23,1 ME pour les besoins opérationnels. Le laboratoire disposait au 30 juin de 204,1 ME de trésorerie et actifs financiers pour mener à bien ses projets. Le semestre a permis de dégager 21,27 ME de produits opérationnels pour une perte opérationnelle de -18,23 ME et une perte nette de -23,36 ME.

Au cours de la première moitié de l'année 2017, Innate a présenté des résultats de la partie en escalade de dose de l'essai de phase I évaluant IPH4102 et dévoilera de nouvelles informations lors d'un congrès en octobre à Londres. La société prépare actuellement les prochaines étapes du plan de développement clinique. Auparavant, en mars, le protocole clinique de l'essai de phase I/II, conduit par Bristol-Myers Squibb, a été amendé pour inclure des cohortes additionnelles testant la combinaison de nivolumab avec lirilumab dans des tumeurs solides et une première évaluation de la triple combinaison de nivolumab avec ipilimumab et lirilumab. La société a par ailleurs signé en juin un accord avec Novo Nordisk A/S qui lui a cédé les droits de l'anticorps anti-C5aR, devenu IPH5401. Le démarrage d'essais cliniques avec IPH5401 en oncologie est prévu en 2018.

Avec l'ajout d'IPH5401, Innate renforce son portefeuille de développement qui comprend aussi IPH4102 (phase I), Monalizumab (phase I et phase I/II, avec AstraZeneca) ou Lirilumab (phase I/II, avec BMS).

Le titre perd environ 4% en matinée à la Bourse de Paris, à 10,68 euros. La publication de résultats intermédiaires est une sorte de non-événement pour une société à ce stade de développement, hormis en ce qui concerne les réserves de trésorerie, qui permettent de jauger du temps dont dispose un laboratoire pour tenter d'amener un candidat-médicament à la commercialisation. Gilbert Dupont a noté que l'accélération des dépenses est en phase avec le plan de développement. L'actualité du moment est assez modeste et devrait le rester jusqu'en 2018, compte tenu du calendrier des annonces de résultats d'essais. Le bureau d'études recommande à ses clients d'acheter le titre, valorisé 19,50 euros l'action. Bryan Garnier (achat, objectif 23 euros) estime que la position de trésorerie est solide et que l'accélération des dépenses était attendue.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU