IPO : Deliveroo valorisé 7,6 Mds£, début des échanges aujourd'hui à Londres

IPO : Deliveroo valorisé 7,6 Mds£, début des échanges aujourd'hui à Londres©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 31 mars 2021 à 08h36

Ce sera finalement le bas de fourchette pour Deliveroo. La société de livraison de repas a fixé le prix pour son introduction en bourse à 3,90 livres par action, de quoi lui permettre de lever 1,5 Md£. Deliveroo a vendu 384,6 millions d'actions alors que certains actionnaires, dont Amazon.com et le directeur général Will Shu, ont cédé pour 500 M£ de titres. L'IPO de Deliveroo, attendue de longue date outre-Manche, est la plus importante depuis celle de THG en septembre dernier. Elle valorise le groupe fondé par son patron actuel 7,6 Mds£.

Ce sera finalement le bas de fourchette pour Deliveroo. La société de livraison de repas a fixé le prix pour son introduction en bourse à 3,90 livres par action, de quoi lui permettre de lever 1,5 Md£. Deliveroo a vendu 384,6 millions d'actions alors que certains actionnaires, dont Amazon.com et le directeur général Will Shu, ont cédé pour 500 M£ de titres. L'IPO de Deliveroo, attendue de longue date outre-Manche, est la plus importante depuis celle de THG en septembre dernier. Elle valorise le groupe fondé par son patron actuel 7,6 Mds£.

Les premiers échanges sur la place londonienne doivent avoir lieu dans la matinée. Ils seront surveillés de très près alors que certains des plus grands gestionnaires d'actifs du Royaume-Uni ont déclaré qu'ils ne participaient pas à l'offre parce que le traitement des coursiers par la société n'est pas conforme aux pratiques d'investissement responsable. De plus, des centaines de coursiers devraient refuser de travailler ce mercredi pour protester contre leur statut précaire.

Dans son prospectus d'introduction, Deliveroo a d'ailleurs averti sur le fait que son activité "serait affectée négativement" si son modèle de coursiers ou son approche du statut de coursiers et ses pratiques opérationnelles étaient contestés avec succès ou si des changements dans la loi venaient à l'obliger à reclasser ses coursiers comme des employés. La récente décision de la justice britannique concernant les chauffeurs d'Uber n'est à ce titre pas de très bon augure pour Deliveroo.

D'autres spécialistes estiment également que la structure de vote à deux classes de la société pourrait être contraire aux méthodes de bonne gouvernance d'entreprise. William Shu, fondateur de Deliveroo, conservera en effet le contrôle des droits de vote pendant trois ans grâce à l'émission de deux types d'actions. Cette structure à double classe, qui est courante aux États-Unis, permet aux fondateurs de garder le contrôle de leur entreprise même après une introduction en bourse. Elle empêchera toutefois Deliveroo d'intégrer le FTSE 100 malgré sa taille conséquente. Les choses pourraient toutefois évoluer plus ou moins rapidement puisque Londres pourrait bientôt supprimer le principe jusqu'à présent sacro-saint d'"une action, un vote" afin d'attirer davantage d'entreprises sur sa place boursière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.