Ipsen annonce les résultats de l'étude ENGAGE

Ipsen annonce les résultats de l'étude ENGAGE©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 23 septembre 2019 à 08h03

Ipsen a annoncé aujourd'hui les premiers résultats de l'étude ENGAGE. Ils démontrent que le traitement simultané de la spasticité des membres supérieurs et inférieurs chez des patients adultes par Dysport, et un programme d'auto-rééducation guidée (GSC), qui comprend des exercices quotidiens de rééducation personnalisés, permet d'obtenir une amélioration des mouvements volontaires des patients, mesurée par l'évaluation de l'amplitude active composite des mouvements (CXa).

Les résultats de l'étude seront présentés lors du Congrès international MDS qui se tiendra à Nice du 22 au 26 septembre 2019 dans les posters 13702 et 13711.

ENGAGE est la première étude portant sur le traitement par Dysport de patients atteints d'hémiparésie spastique dans les membres supérieurs et inférieurs en combinaison avec l'auto-rééducation guidée. Le critère d'évaluation principal de cette étude prospective internationale à un seul groupe était le pourcentage de patients considérés comme répondeurs six semaines après la deuxième injection, selon la CXa dans le membre cible primaire du traitement (PTT).1

Le Professeur Jean-Michel Gracies, Chef du service de neuroréhabilitation à l'Hôpital Henri Mondor (à Créteil, France) et investigateur principal de l'étude ENGAGE a déclaré : "Cette étude donne des informations précises sur les stratégies thérapeutiques qui peuvent améliorer les résultats chez les patients atteints de parésie spastique. Nous avons pu analyser les effets de Dysport en combinaison avec un programme d'auto-rééducation guidée sur l'amélioration du mouvement volontaire, alors que les données dans ce domaine sont limitées. Il est important de souligner qu'un délai plus long jusqu'à la nouvelle injection a été observé dans l'étude ENGAGE par rapport aux précédentes études sur Dysport.
L'ajout d'une auto-rééducation guidée au traitement par Dysport pour la spasticité des membres supérieurs et inférieurs crée donc un effet synergique. De plus, les taux de réponses solides observés avec Dysport dans cette étude montrent que cette approche permet aux patients d'obtenir des effets bénéfiques concrets dans leur vie quotidienne, notamment grâce à des phases de mobilité accrue plus longues. Ces résultats suggèrent que les patients pourraient voir l'impact de la maladie sur leur vie professionnelle et leur inquiétude concernant les symptômes de la spasticité diminuer."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.