Ipsos : en croissance organique de 1,8% sur 9 mois

Ipsos : en croissance organique de 1,8% sur 9 mois©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 27 octobre 2017 à 06h11

Au 3e trimestre 2017, soit sur la période juillet-septembre 2017, le chiffre d'affaires d'Ipsos s'est élevé à 434 millions d'euros, en progression de 0,5% par comparaison à la même période de l'exercice 2016.

Les effets de change sont marqués par la détérioration de la valeur du dollar américain et de la livre sterling vis-à-vis de l'euro. Ils ont été négatifs de 3,9% tandis que les effets de périmètre liés à la cession d'une petite activité d'études dans le secteur agricole au dernier trimestre 2016, ont pesé pour 0,5%.
Ipsos est cependant en croissance organique vigoureuse de 4,9%. Il s'agit de sa meilleure performance trimestrielle depuis 2011.

Sur les 9 premiers mois de l'année 2017, le chiffre d'affaires d'Ipsos est de 1,268 milliard d'euros, en légère progression de 0,2% par comparaison avec 2016. Les effets de change sont toujours négatifs à -1% ainsi que les effets de périmètre à -0,6%.
La croissance organique s'établit à 1,8%, pas encore dans la fourchette prévue dans le cadre du plan New Way -entre 2% et 5%- mais en amélioration par rapport au 1er semestre.

A fin septembre 2017, Ipsos réalise 33% de son activité dans les marchés émergents contre 31% en 2016.

Perspectives

La dynamique du marché n'a pas changé. D'ici la fin de l'année, le chiffre d'affaires d'Ipsos continuera d'évoluer favorablement. Le décalage entre les ventes et le chiffre d'affaires, très important à fin juin puisqu'il atteignait plus de 200 points de base a été partiellement mais pas totalement comblé au troisième trimestre. A fin septembre, il est de près de 100 points de base.

En juillet, Ipsos indiquait que son chiffre d'affaires, à taux de change et périmètre constants, connaîtrait une évolution positive comprise entre 1 et 3%. Ipsos confirme cette indication. Le groupe considère maintenant que la croissance de son chiffre d'affaires annuel devrait se situer au-dessus de 2%, malgré le maintien de positions restrictives de certains de ses clients historiques, notamment dans le secteur de la grande consommation.

Au 4e trimestre, comme au 3e trimestre, la croissance sera le résultat d'un effet de rattrapage et de la dynamique des ventes. La marge opérationnelle courante sera, comme prévu, légèrement plus élevée qu'en 2016.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU