IT Link : la crise sanitaire pèse

IT Link : la crise sanitaire pèse©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 25 août 2020 à 21h45

Au 1er semestre 2020, le Groupe IT Link a enregistré un chiffre d'affaires de près de 24 millions d'euros, en recul organique de -4,4% comparé au 1er semestre 2019.

Le chiffre d'affaires du 2e trimestre affiche un retrait de -20,2% par rapport à la même période en 2019. Les pertes d'activité des mois d'avril et mai, particulièrement affectés par les mesures de confinement, ont en partie été compensées par une reprise au mois de juin plus dynamique que prévue.

Le France connaît une décroissance de -4,9% sur le semestre, résultant d'une période de confinement ayant conduit à la suspension de nombreux projets. La reprise des activités a été progressive pendant le mois de mai et s'est accélérée au mois de juin, complétée par une dynamique de conquête insufflée par les équipes commerciales. A l'international, le chiffre d'affaires affiche une croissance de +6% sur le 1er semestre par rapport à 2019, porté par l'activité canadienne (+38,4%).

Les activités solutions (développements au forfait et ventes de licences) affichent un retrait de 11% par rapport au 1er semestre 2019. Au 30 juin, le pourcentage de consultants en production s'élevait à 80,5% (57% à son niveau le plus bas en avril).

Perspectives

Au second trimestre 2020, le Groupe IT Link a fait preuve d'une bonne capacité de résilience. La reprise de ses activités se poursuit, le pourcentage de consultants en production atteignant 84,1% au 25 août 2020. Sur le second semestre, cette dynamique de reprise doit encore s'amplifier pour envisager un retour à un niveau d'activité d'avant crise en fin d'année.

A plus long terme, un retour à une croissance forte reste sujet à l'évolution du contexte économique, notamment dans les secteurs automobile, transport en commun, énergie et aéronautique.

Par ailleurs, les décisions prises par la direction pour contrebalancer les effets de la baisse d'activité, en faisant notamment appel aux aides gouvernementales, devraient permettre, d'une part de limiter l'impact de la crise sur la rentabilité du Groupe, et d'autre part de préserver sa trésorerie, renforcée par l'obtention d'un Prêt Garanti par l'Etat (PGE) d'un montant de 6 millions d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.