Jacquet Metals : une solide trésorerie pour traverser la crise

Jacquet Metals : une solide trésorerie pour traverser la crise©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 09 septembre 2020 à 21h12

Pour le 1er semestre 2020, marqué par l'épidémie de Covid-19, les ventes du Groupe Jacquet Metals se sont établies à 726 millions d'euros, inférieures de -17,9% à celles du 1er semestre 2019 (-26,1% au 2e trimestre).

La marge brute s'élève à 161 ME, soit 22,2% du chiffre d'affaires (23,1% au 1er semestre 2019).

L'Ebitda courant est de +19 ME et 2,6% du chiffre d'affaires contre 47 ME et 5,3% du chiffre d'affaires au 1er semestre 2019.

Le groupe a enregistré au 1er semestre des amortissements de 17,7 ME et des dotations aux provisions représentant 11 ME, majoritairement liées aux plans d'économies.

Après ces amortissements et provisions, le résultat opérationnel du 1er semestre s'élève à -7,5 ME. Le résultat net part du Groupe est de -15 ME.

Structure financière

Au 30 juin 2020, l'endettement net s'élève à 132 ME (175 ME à fin décembre 2019). La baisse de 42 ME s'explique principalement par la réduction du Besoin en Fonds de Roulement opérationnel (25% du chiffre d'affaires fin juin 2020 contre 25,8% fin 2019), en grande partie liée à l'adaptation des niveaux de stocks aux nouvelles conditions de marché (stocks : -56 ME à 387 ME fin juin 2020). Les investissements semestriels s'élèvent à 19 ME, prenant notamment en compte l'acquisition du principal centre de distribution de la division IMS group en Italie.

Avec un ratio d'endettement net sur capitaux propres de 38% (46% fin 2019), 397 ME de trésorerie et d'importantes lignes de crédits (739 ME dont 210 ME non utilisés), le groupe bénéficie d'une structure financière solide pour faire face à la situation actuelle. De plus, en juin 2020, la maturité du crédit syndiqué (125 ME dont 110 ME non utilisés) a été prorogée de 1 an, à juin 2023. En France, le groupe n'a pas demandé le report de paiement de charges et de taxes et n'a pas eu recours à des emprunts garantis par l'état français.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.