Katy Perry peut-elle sauver le Bitcoin, l'Ethereum et les 'cryptos' ?

Katy Perry peut-elle sauver le Bitcoin, l'Ethereum et les 'cryptos' ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 26 janvier 2018 à 13h40

Les opérateurs sont de plus en plus tendus sur le marché des cryptomonnaies. Les cours corrigent de nouveau ce jour, sur des craintes de régulation au niveau international. Après la Corée du Sud et la Chine, c'était plus récemment au tour d'Emmanuel Macron et de Theresa May d'affirmer leur volonté de réguler ce marché opaque...

Le Bitcoin ne sort donc pas la tête de l'eau ce vendredi, en déclin de 6% à environ 10.440$ sur Bitfinex, alors que l'Ethereum cède 4% à 1.004$. Le Ripple est particulièrement attaqué, en déclin actuellement de 12% sur Poloniex, de retour à 1,16$.

Macron et May veulent réguler

S'exprimant lors du forum économique de Davos, Emmanuel Macron s'est dit favorable à ce que le FMI dispose d'un mandat de surveillance de la totalité du système financier, "dont des pans entiers échappent à la régulation". Le président français a évoqué le Bitcoin, les crypto-monnaies, ou encore le 'shadow banking', "les plus agressifs sur les marchés financiers", ceux qui peuvent "créer des crises financières ou déréguler des systèmes". Il reviendrait selon lui au Fonds Monétaire International de contrôler ces marchés opaques.

Dans le même esprit, la Première ministre du Royaume-Uni Theresa May a jugé qu'il fallait étudier de manière très sérieuse la question du Bitcoin et des cryptomonnaies, au niveau international. May juge que les compagnies technologiques doivent se concentrer sur la question de la responsabilité sociale, particulièrement dans les domaines du terrorisme et de la pédopornographie. La dirigeante britannique exprime ses craintes à propos de la possible utilisation des devises numériques à des fins criminelles...

La Corée du Sud et la Chine avaient déjà durci le ton

Les 'cryptos' avaient déjà décroché il y a quelques jours, sur des craintes liée essentiellement à la Corée du Sud, et dans une moindre mesure à la Chine. La Corée du Sud envisagerait une imposition massive des plateformes d'échange de Bitcoin et de 'cryptos', imposition qui pourrait d'ailleurs être rétroactive. En outre, les détenteurs de 'cryptos' devront lier leurs portefeuilles en devises digitales à des comptes bancaires classiques. Enfin, la commission locale de régulation des services financiers se tient prête à fermer toutes les plateformes d'échange de 'cryptos' qui ne respecteraient pas les règles...

Katy Perry, une crypto par doigt

Face aux menaces des régulateurs, les devises digitales peuvent compter sur des soutiens divers du côté des célébrités. Après l'intervention de Nabilla en France, à laquelle l'AMF avait d'ailleurs répondu, 50 Cent s'est réjoui il y a peu du 'bon coup' réalisé sur le Bitcoin. Le rappeur a ainsi multiplié ses recettes en acceptant les paiements en BTC pour la vente de son album 'Animal Ambition' sorti en 2014.

Hier, c'est la chanteuse américaine qui a surpris à son tour, en postant sur Instagram une manucure bien originale. Chaque ongle de la star a ainsi été décoré de symboles en relief aux couleurs d'une crypto-devise : le Bitcoin pour les majeurs, l'Ether pour les pouces, le Litecoin pour les index, le Monero pour les annulaires et le Stellar pour les auriculaires. De là à supposer que la chanteuse a investi sur les monnaies virtuelles, il n'y a qu'un pas. Compte tenu du 'poids' de la vedette sur les réseaux sociaux, on ne s'étonnera pas non plus que la photo en question ait déjà été 'likée' plus de 140.000 fois. Il s'agit donc là d'une très belle publicité pour les 'cryptos', notamment le Stellar et le Monero qui sont pour l'heure peu connus du grand public.

Katy Perry vs. Warren Buffett

Katy Perry avait déjà exprimé son intérêt pour les cryptomonnaies. En novembre, la chanteuse avait posté une photo d'elle avec le légendaire investisseur Warren Buffett. Le commentaire de la photographie indiquait : "Rien de spécial, je demande juste à Warren Buffett son opinion sur les cryptomonnaies". Perry n'a pas précisé la réponse de Buffett, mais on peut supposer que l'oracle d'Omaha ne lui a pas vanté les mérites des devises digitales.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.