Kering : soupçonné d'avoir soustrait 2,5 MdsE au fisc ?

Kering : soupçonné d'avoir soustrait 2,5 MdsE au fisc ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 16 mars 2018 à 23h05

Le groupe français de luxe Kering aurait économisé environ 2,5 milliards d'euros d'impôts depuis 2002, "pour l'essentiel au préjudice du fisc italien", via sa filiale Gucci, mais aussi de la France et du Royaume-Uni, a révélé vendredi le site d'information 'Mediapart'.

Selon le site internet, Kering a échappé à ces impôts via sa plate-forme de logistique et de distribution LGI basée en Suisse. "Le groupe a économisé environ 2,0 milliards d'euros d'impôts depuis 2009, dont 1,4 milliard pour Gucci et 180 millions pour Saint Laurent. Si l'on remonte jusqu'en 2002, le chiffre atteint les 2,5 milliards", rapporte 'Mediapart', qui fait état d'une enquête réalisée avec le réseau européen de médias d'investigation (ECI).

Interrogé par l'agence 'Reuters', Kering s'est défendu en affirmant dans un courriel que "le groupe s'acquitte en Suisse des impôts dus, en conformité avec la loi et le statut fiscal de la société". "Ce modèle d'exploitation est connu des autorités fiscales françaises et des autres autorités fiscales compétentes".

Kering rappelle en outre que le groupe a "mis en place une gouvernance d'entreprise visant à assurer une conformité totale avec les réglementations fiscales dans les pays où il est présent".

Une enquête ouverte en Italie depuis novembre 2017

Selon 'Mediapart', le groupe a perpétué, après le rachat de Gucci en 1999, un accord fiscal qui avait été négocié avec le canton du Tessin, où se trouve LGI, limitant à 8% son taux d'imposition sur les sociétés. Or LGI, la plate-forme de distribution et de logistique du groupe, "encaisse aussi les ventes en gros aux magasins (et) l'écrasante majorité des recettes, donc des profits", écrit 'Mediapart'.

Ces révélations interviennent alors que Gucci, principale source de profits de Kering, est sous le coup d'une enquête du parquet de Milan depuis novembre 2017 pour des soupçons d'évasion fiscale. Le journal italien 'La Stampa' avait révélé en décembre dernier que la police italienne avait effectué des perquisitions dans ses locaux de Gucci à Milan et Florence dans le cadre de cette enquête. Le quotidien citait déjà le rôle de la filiale suisse de Gucci, et chiffrait alors l'évasion fiscale à 1,3 milliard d'euros cumulés depuis plusieurs années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.