Kerlink : la crise sanitaire affecte les comptes

Kerlink : la crise sanitaire affecte les comptes©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 24 septembre 2020 à 20h44

Au 1er semestre 2020, Kerlink réalise un chiffre d'affaires de 4,8 millions d'euros, en repli de -26%. L'impact sur l'activité semestrielle du Groupe a été particulièrement notable en France dès la mise en place des mesures du confinement mi-mars (-38% sur le semestre). Le repli à l'international n'est que de -6%, avec une croissance sur la zone Amériques (+11%), une stabilité sur la zone Asie-Pacifique et un repli de 8% sur la zone EMEA (hors France). La baisse du niveau d'activité a principalement pour origine un recul des ventes de matériels d'infrastructures (- 34% à période comparable).

L'évolution du mix-produits à la faveur des services (33% du chiffre d'affaires) a permis une appréciation du taux de marge, en nette progression de +6,5 points. La marge brute représente désormais 53,5% du chiffre d'affaires du semestre (47% au 1er semestre 2019).

Les résultats du semestre ont également bénéficié des mesures d'encadrement des charges opérationnelles mises en oeuvre en 2019. Pour rappel, le Groupe avait, au second semestre 2019, décliné un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). A période comparable, la baisse des charges de personnel s'élève à près de 1 ME et celle des charges liées aux personnels externes à 250 kE.

Au 30 juin, l'Ebitda fait apparaître un montant négatif de -1,7 ME (-3 ME sur le 1er semestre 2019). Le résultat opérationnel progresse également. La perte opérationnelle ressort à -3,5 ME (-4,5 ME sur les 6 premiers mois de l'exercice 2019).

Avec une charge d'impôt quasi nulle, le résultat net ressort au final à -2,8 ME (-6,3 ME au 1er semestre 2019).

Situation bilantielle

Les capitaux propres du Groupe au 30 juin s'établissent à 9,6 ME (12,5 ME au 31 décembre 2019). Cette évolution provient essentiellement du résultat déficitaire à hauteur de 2,8 ME. La baisse de l'activité se traduit par une variation positive du BFR de 508 kE.

Le Groupe rappelle avoir contracté, début 2020, des emprunts moyen terme auprès de BPI France et de ses partenaires bancaires historiques, pour un montant global de 2,75 ME. Au 30 juin 2020, la trésorerie du Groupe, qui s'élève à 6,2 ME (5,6 ME hors factor), a donc été renforcée par rapport à celle du 31 décembre 2019 qui s'élevait à 5,3 ME.

Kerlink a par ailleurs sollicité le concours d'établissements bancaires dans le cadre du dispositif Prêt Garanti par l'Etat et a obtenu, en septembre, des accords pour un montant global de 2,25 ME.

Perspectives

Le second semestre s'est ouvert avec une activité en amélioration par rapport au plus bas de la crise sanitaire. Le chiffre d'affaires du 3e trimestre s'annonce proche de celui de la même période en 2019. Pour autant, l'incertitude persiste concernant l'évolution de l'activité sur le reste de l'année.

Si la prudence reste de mise avec une crise sanitaire affectant les principaux secteurs clients du Groupe, Kerlink reste confiant dans sa capacité à traverser cette période inédite en restant pleinement engagé dans la mise en oeuvre de sa stratégie. Le Groupe peut s'appuyer sur une trésorerie renforcée par les emprunts récents et une structure de charges réduite par rapport à celle des exercices précédents. Ces éléments devraient lui permettre de retrouver une dynamique favorable dès le retour à une situation plus normalisée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.