L'euro sous pression, l'exposition des banques à la livre turque inquiète

L'euro sous pression, l'exposition des banques à la livre turque inquiète©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 10 août 2018 à 08h35

L'euro est sous pression en cette fin de semaine, en repli de 0,75% face au dollar, à 1,14$ entre banques, sur un plancher d'un an. Les opérateurs commencent à craindre une contagion des problèmes de la Turquie au Vieux continent suite à une information du 'Financial Times'. Selon le quotidien financier, la Banque centrale européenne aurait fait part de ses craintes quant à l'exposition de certains établissements financiers à la Turquie alors que la nette dégradation des relations diplomatiques entre Ankara et Washington a fait plonger la livre sur un plus bas historique face au billet vert ce vendredi.

La chute de la devise turque inquiète

L'Espagnol BBVA, l'Italien UniCredit et BNP Paribas sont notamment mentionnés par le FT. La BCE ne considérerait pas la situation comme critique mais serait préoccupée par le plongeon de la livre turque qui a perdu plus de 30% depuis le début de l'année face à la monnaie de l'oncle Sam. La livre plonge d'ailleurs de plus de 10% ce matin face au dollar alors qu'un véritable vent de panique semble gagner la Turquie. "Nous entrons dans une crise de la balance des paiements", explique à Bloomberg, Cristian Maggio, responsable de la stratégie des marchés émergents chez TD Securities à Londres. "Cela ne s'arrêtera pas à moins que la banque centrale intervienne très fortement".

Crise diplomatique entre Ankara et Washington

Les relations entre la Turquie, membre de l'Otan, et Washington, qui n'étaient déjà pas au beau fixe, se sont encore détériorées en raison de l'emprisonnement du pasteur évangéliste américain et des divergences des deux parties sur le conflit en Syrie.

Le ministère des Finances turc a tenté de calmer le jeudi en affirmant que le secteur bancaire était protégé par une structure de capital et des bilans solides: "Contrairement aux déclarations spéculatives sur nos banques et nos sociétés, nos institutions de réglementation ne voient pas de problème posé par les risques de change ou de liquidité". Une déclaration qui semble être passée inaperçue dans les salles de marché. Le président Erdogan doit s'adresser à la nation dans la journée pour tenter d'éteindre l'incendie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU