L'inculpation de Nissan "crée des risques significatifs pour Renault"

L'inculpation de Nissan "crée des risques significatifs pour Renault"
Carlos Ghosn PDG Renault Nissan

Boursier.com, publié le lundi 17 décembre 2018 à 08h29

Renault réplique à Nissan. Mis sous pression par son partenaire japonais qui chercherait à rééquilibrer les pouvoirs au sein de l'alliance Renault-Nissan depuis l'arrestation de Carlos Ghosn, le constructeur français a demandé à Nissan la tenue d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires.

La gouvernance en question

Dans un courrier daté du 14 décembre adressé à Nissan, Thierry Bolloré, le directeur général adjoint de Renault, "demande respectueusement que le conseil d'administration envisage la convocation d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires de Nissan aussi rapidement que possible". Si l'objectif de cette AG n'est pas clairement défini, le patron intérimaire de Renault indique que ce rendez-vous permettra de discuter de la gouvernance et d'autres questions. L'inculpation de Nissan, mis en examen lundi en même temps que Carlos Ghosn, pour publication de fausses déclarations financières, "crée des risques significatifs pour Renault, en tant qu'actionnaire principal de Nissan, et pour la stabilité de notre alliance industrielle", précise toutefois Thierry Bolloré.

Renault détient 43% du groupe japonais

Renault détient 43% du capital de Nissan et a le droit de voter au sein du conseil d'administration, alors que le constructeur automobile japonais possède 15% du constructeur au losange mais n'a pas de droits de vote. Nissan contrôle pour sa part Mitsubishi via une part de 34%.

Carlos Ghosn toujours patron de Renault

Le conseil d'administration de Renault a maintenu jeudi Carlos Ghosn dans ses fonctions de PDG du constructeur français au vu d'un rapport préliminaire interne qui a conclu à la conformité de sa rémunération pour la période 2015-2018. La gouvernance provisoire reste confiée à Thierry Bolloré et à Philippe Lagayette, qui assure la présidence intérimaire du conseil d'administration.

Jean-Dominique Senard, futur boss?

Selon le 'Figaro', le président de Michelin, Jean-Dominique Senard, est donné favori pour succéder à Carlos Ghosn à la présidence.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.