L'offre d'Atos sur Gemalto n'a plus de date limite

L'offre d'Atos sur Gemalto n'a plus de date limite
Un bâtiment appartenant à la SSII Atos, à Pune, en Inde.

Boursier.com, publié le mardi 12 décembre 2017 à 14h55

Thierry Breton, le patron d'Atos a glissé quelques phrases intéressantes lors de la conférence de presse faisant suite à l'offre de rachat amical lancée par son groupe sur Gemalto. Selon des propos repris par Reuters, le dirigeant a tout d'abord indiqué que l'offre n'avait plus de date limite alors qu'elle courrait initialement jusqu'au vendredi 15 décembre.

L'ancien ministre de l'économie a également indiqué envisager des partenariats pour l'activité de cartes SIM de Gemalto, qui traverse une période pour le moins compliquée. Le patron d'Atos a, à ce titre, été contacté par des partenaires potentiels.

Enfin, Thierry Breton n'a pas exclu d'introduire en bourse le pôle cybersécurité de la société.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - L'offre d'Atos sur Gemalto n'a plus de date limite
  • avatar
    Berny92 -

    Pour ceux qui ont acheté des actions GEMALTO a 85 euros pces il y a qques années, c'est une sacrée bonne offre. alors qu'il suffisait de virer les dirigeants incompétents de GEMALTO il y a deux ans pour que la société puisse se redresser avec des produits innovants. C'est bien sur ce que va faire M. Breton dès qu'il aura mis la main à bon compte sur cette société. Je n'apporterai pa mes titres à cette OPA.

    avatar
    sancart -

    Comme vous, je n'apporterai pas mes titres à l'OPA. Tout simplement parce que je n'ai aucune confiance en monsieur BRETON qui est ke digne pendant de monsieur BON : C'est à dire des destructeurs de l'actionnariat des classes moyennes.
    Rappelez-vous l'affaire ORANGE, mise sur le marché à grand renfort de teopettes médiatiques, puis retirée du marché à l'occasion d'une rapide OPA;

    Les petits actionnaires ont été honteusement (et artistiquement spoliés), avec l'accord de l'ETAT complice.
    Ne soyons pas étonnés que notre économie soit dans l'état dans laquelle elle se trouve maintenant.