L'or reprend de la hauteur, soutenu par la peur du Covid-19

L'or reprend de la hauteur, soutenu par la peur du Covid-19©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 05 mars 2020 à 23h05

L'or est reparti en hausse jeudi, gagnant 1,50% à 1.668,00$ l'once pour le contrat à terme d'avril coté sur le Comex. Le métal jaune a désormais regagné l'essentiel de ses pertes de la fin de la semaine dernière (-5% vendredi...) provoquées par des ventes forcées de la part d'investisseurs sommés de répondre à des appels de marges de leurs brokers, sur fond de plongeon des marchés d'actions.

Le métal jaune avait atteint un pic de 1.676,60$ le 24 février dernier, au plus haut depuis plus de 7 ans, avant de subir de forts dégagements.

L'or immunisé contre le coronavirus, selon Goldman Sachs

En tant que valeur-refuge, l'or est en compétition avec les obligations d'Etat les plus sûres, telles que les T-Bond américains ou les Bund allemands, qui offrent l'avantage de servir un rendement. Cependant, la baisse des taux (devenus négatifs sur de nombreuses échéances) a rendu cet avantage moins évident, et contribue au regain d'intérêt pour l'or dans un contexte mondial de plus en plus incertain. L'or a aussi profité ces derniers jours de la baisse du dollar, qui rend les achats d'or (libellés en dollar) moins onéreux pour des acheteurs internationaux.

Selon les stratégistes de Goldman Sachs, l'or continue d'être un actif protecteur contre la crise sanitaire actuelle. "Dans un environnement qui reste si imprévisible, une chose est claire : l'or. Ce dernier, à l'inverse des êtres humains et des économies, est immunisé contre le virus", a estimé Jeff Currie, responsable de la recherche mondiale sur les matières premières, dans une note publiée lundi pour ses clients.

Dans une autre note publiée le 21 février, les stratégistes de Goldman Sachs estimaient que le métal jaune pourrait dépasser 1.850$ l'once si le coronavirus ne peut être maîtrisé d'ici à la fin du 2e trimestre.

Même scénario haussier que lors de la crise des "subprimes" ?

De son côté, CPR Asset management s'interroge ce jeudi sur les similitudes entre la période actuelle et celle de la crise des "subprimes" en 2008-2009. "La situation n'est pas sans rappeler celle observée en octobre 2008 avec la chute de Lehman", souligne ainsi Arnaud du Plessis, gérant actions thématiques spécialisé sur l'or et les ressources naturelles chez CPR AM. "Les investisseurs avaient alors soldé ce qu'ils pouvaient, afin de couvrir leurs pertes par ailleurs. L'action concertée des banques centrales qui avait suivi a marqué le début d'un formidable rally de l'or, dont les cours ont bondi de plus de 1.200$/once durant les 3 années suivantes... Bis Repetita ?", s'interroge l'expert dans une note à ses clients rédigée mercredi.

CPR AM estime que la tendance demeure résolument haussière à moyen-terme sur la "relique barbare". "La cible définie à 1.700$/once reste plus que jamais d'actualité, avant d'envisager une poursuite du mouvement vers 1.790/1.803/once", écrit Arnaud du Plessis.

Le gérant souligne qu'après s'être contractés de plus de 6.000 milliards de dollars entre août 2019 et janvier 2020, les encours d'emprunts d'Etat offrant des rendements négatifs ont bondi depuis de 3.700 Mds$, soutenant également la tendance de l'or. "Si les US rejoignaient le mouvement, l'impact sur l'or serait alors considérable...", estime CPR AM.

La Réserve Fédérale américaine a réduit mardi ses taux directeurs d'un demi-point, les ramenant entre 1% et 1,25%. et les marchés spéculent sur de nouveaux gestes baissiers ces prochains mois pour soutenir l'économie face à l'épidémie de coronavirus

Vos réactions doivent respecter nos CGU.