La Banque de France anticipe une contraction du PIB de 10,3% en 2020

La Banque de France anticipe une contraction du PIB de 10,3% en 2020©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 09 juin 2020 à 08h17

A l'image des autres organismes, la Banque de France attend un recul du PIB extrêmement important au deuxième trimestre du fait de la faiblesse de l'activité jusqu'à la fin du confinement strict le 11 mai et d'une reprise progressive depuis. Il s'ensuivrait un rebond progressif sur les prochains trimestres, à mesure que l'activité économique s'adapterait au nouveau contexte. Mais en moyenne annuelle en 2020, le PIB resterait très fortement affecté, avec un recul de 10,3%. Après ce choc très fort, le rattrapage serait étalé dans le temps. Les taux de croissance du PIB projetés en 2021 (7%) et en 2022 (4%), bien qu'élevés, permettraient de retrouver le niveau d'activité de fin 2019 vers mi-2022 seulement.

Après avoir été amortie par le dispositif de chômage partiel, la détérioration du marché du travail serait retardée mais importante. Le taux de chômage pourrait connaître un pic supérieur à 11,5% mi-2021. Il diminuerait ensuite progressivement en dessous de 10% fin 2022.

Du côté des prix à la consommation, la BdF anticipe une inflation totale (IPCH) temporairement négative fin 2020, la baisse du prix du pétrole se conjuguant aux effets de la baisse de l'activité. Elle s'établirait à seulement 0,4% en moyenne en 2020. Puis elle se redresserait légèrement en 2021 et en 2022, tout en restant très modérée dans notre scénario central.

Enfin, la dette publique rapportée au PIB connaîtrait une augmentation très nette avec cette crise, autour de 120% du PIB, significativement supérieure à la moyenne de la zone euro.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.