La BCE a désormais un objectif de taux d'inflation de 2% à moyen terme

La BCE a désormais un objectif de taux d'inflation de 2% à moyen terme©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 juillet 2021 à 13h19

La Banque centrale européenne vient de dévoiler sa nouvelle stratégie de politique monétaire, fruit d'une évaluation approfondie qui avait été lancée le 23 janvier 2020. Comme attendu, le Conseil des gouverneurs fait évoluer son objectif d'inflation qui est désormais fixé à 2% à moyen terme, et non plus "proche de, mais inférieur à 2%". Cet objectif d'inflation est symétrique, ce qui signifie que les écarts négatifs et positifs sont également indésirables. Lorsque les taux d'intérêt nominaux sont proches de leur niveau plancher, une politique monétaire particulièrement vigoureuse et ancrée dans la durée est nécessaire pour éviter la fixation des écarts négatifs par rapport à l'objectif d'inflation. Cela peut aussi se traduire par une période intermédiaire d'inflation légèrement au-dessus de l'objectif, précise le Conseil.

La Banque centrale européenne vient de dévoiler sa nouvelle stratégie de politique monétaire, fruit d'une évaluation approfondie qui avait été lancée le 23 janvier 2020. Comme attendu, le Conseil des gouverneurs fait évoluer son objectif d'inflation qui est désormais fixé à 2% à moyen terme, et non plus "proche de, mais inférieur à 2%". Cet objectif d'inflation est symétrique, ce qui signifie que les écarts négatifs et positifs sont également indésirables. Lorsque les taux d'intérêt nominaux sont proches de leur niveau plancher, une politique monétaire particulièrement vigoureuse et ancrée dans la durée est nécessaire pour éviter la fixation des écarts négatifs par rapport à l'objectif d'inflation. Cela peut aussi se traduire par une période intermédiaire d'inflation légèrement au-dessus de l'objectif, précise le Conseil.

Le Conseil des gouverneurs confirme également que l'ensemble des taux d'intérêt de la BCE demeure le principal instrument de politique monétaire. D'autres instruments, comme la forward guidance, les achats d'actifs et les opérations de refinancement à plus long terme qui, au cours des dix dernières années, ont permis d'atténuer les contraintes liées au niveau plancher des taux d'intérêt nominaux, resteront une partie intégrante de la panoplie d'outils de la BCE, qui pourront être utilisés de manière appropriée.

Le Conseil réaffirme aussi que l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) reste la mesure appropriée de l'évaluation de la stabilité des prix. Il admet cependant que l'inclusion des coûts des logements occupés par leur propriétaire dans l'IPCH permettrait de mieux rendre compte de l'inflation pertinente pour les ménages et que plusieurs années seront nécessaires pour ce faire. Entre-temps, le Conseil des gouverneurs utilisera, dans le cadre de ses évaluations de la politique monétaire, des mesures de l'inflation qui intègrent des estimations préliminaires du coût des logements occupés par leur propriétaire pour compléter sa panoplie de mesures plus larges de l'inflation.

Le Conseil reconnaît que le changement climatique a des conséquences profondes sur la stabilité des prix et a, dès lors, approuvé un plan d'action ambitieux dans ce domaine.

La première réunion de politique monétaire régulière du Conseil des gouverneurs mettant en oeuvre la nouvelle stratégie se tiendra le 22 juillet 2021. Le Conseil entend évaluer à intervalles réguliers l'efficacité de sa stratégie de politique monétaire, et devrait conduire la prochaine évaluation en 2025.

Christine Lagarde, présidente de la BCE, reviendra sur ces annonces à 14 heures.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.