La BCE abaisse encore ses perspectives de croissance et d'inflation

La BCE abaisse encore ses perspectives de croissance et d'inflation
Mario Draghi BCE

Boursier.com, publié le jeudi 12 septembre 2019 à 14h45

Mario Draghi s'exprime devant la presse à la suite de la dernière réunion du Conseil des gouverneurs de BCE et des diverses mesures dévoilées par l'Institution pour soutenir l'économie européenne.

Le Conseil des gouverneurs a réaffirmé la nécessité d'une orientation très accommodante de la politique monétaire pendant une période prolongée. "Nous sommes prêts à ajuster tous nos instruments, le cas échéant, pour faire en sorte que l'inflation se rapproche durablement de notre objectif... "

Les informations reçues depuis la dernière réunion du Conseil des gouverneurs font état d'une faiblesse plus prolongée de l'économie de la zone euro, de la persistance de risques à la baisse importants et de pressions inflationnistes modérées, ajoute le patron de la BCE. Ce dernier cite notamment les incertitudes liées à la géopolitique, au protectionnisme et aux marchés émergents.

Les équipes de la BCE ont par ailleurs une nouvelle fois revu à la baisse leur projection de croissance pour 2019 (1,1% contre 1,2% en juin) et 2020 (1,2% contre 1,4% en juin). Le PIB est pour le moment toujours attendu en hausse de 1,4% en 2021. Les estimations d'inflation sont également abaissées puisque le taux d'inflation 2019 est désormais attendu à 1,2% contre 1,3% précédemment, avant une baisse à 1% l'an prochain (contre 1,4% estimé auparavant) et une reprise à 1,5% en 2021. L'inflation globale devrait encore baisser avant de se redresser d'ici la fin de l'année, précise Mario Draghi.

"Les mesures de l'inflation sous-jacente sont restées généralement modérées et les indicateurs des anticipations d'inflation se situent à des niveaux bas. Alors que les pressions sur les coûts du travail se sont renforcées et élargies dans un contexte de forte utilisation des capacités de production et de resserrement des marchés du travail, leur répercussion sur l'inflation prend plus de temps que prévu. A moyen terme, l'inflation sous-jacente devrait augmenter, grâce à nos mesures de politique monétaire, à la poursuite de l'expansion économique et à la forte croissance des salaires".

Super Mario demande enfin encore une fois aux pays européens d'accélérer les réformes structurelles : "Pour tirer pleinement parti de nos mesures de politique monétaire, d'autres domaines doivent contribuer de manière plus décisive à accroître le potentiel de croissance à long terme, à soutenir la demande globale dans la conjoncture actuelle et à réduire la vulnérabilité. La mise en oeuvre des politiques structurelles dans les pays de la zone euro doit être considérablement intensifiée pour stimuler la productivité et le potentiel de croissance de la zone euro, réduire le chômage structurel et accroître la résistance. Les recommandations spécifiques à chaque pays pour 2019 devraient servir de point de repère.

En ce qui concerne les politiques budgétaires, l'orientation budgétaire légèrement expansionniste de la zone euro apporte actuellement un certain soutien à l'activité économique. Compte tenu de l'affaiblissement des perspectives économiques et de l'importance persistante des risques à la baisse, les gouvernements disposant d'une marge de manoeuvre budgétaire devraient agir de manière efficace et rapide. Dans les pays où la dette publique est élevée, les gouvernements doivent mener des politiques prudentes qui créeront les conditions permettant aux stabilisateurs automatiques de fonctionner librement. Tous les pays devraient redoubler d'efforts pour parvenir à une composition des finances publiques plus favorable à la croissance".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.