La BCE abandonnera-t-elle sa "forward guidance" dès ce 8 mars ?

La BCE abandonnera-t-elle sa "forward guidance" dès ce 8 mars ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 mars 2018 à 11h40

Que nous réserve la Banque centrale européenne aujourd'hui ? Sans doute pas grand-chose sur les taux directeurs et le programme de rachat d'actifs, qui ne seront pas modifiés. Probablement des éléments nouveaux dans le communiqué de 13h45. Et à coup sûr d'intéressantes questions lors de la conférence de présentation de la décision, qui débutera à 14h30.

Quid de la forward guidance ?

Le rendez-vous du jour avec la BCE est double. En plus de la décision sur les taux, la banque centrale va communiquer ses nouvelles prévisions économiques. Elles seront probablement relevées au niveau de la croissance et des attentes d'inflation, estime l'équipe de recherche économique européenne d'UBS, emmenée par Ricardo Garcia. L'économiste s'attend aussi à ce que le conseil des gouverneurs ait au moins discuté de la "forward guidance" (le terme anglo-saxon est, comme souvent, plus direct que sa traduction française, qui donne "indications sur l'orientation future de la politique monétaire", selon les propres termes de la BCE), voire qu'il abandonne son biais en faveur du QE ("programme d'assouplissement quantitatif") tant que les conditions financières restent porteuses. Comment se rendre compte de l'inflexion sur la "forward guidance" ? Il faut surveiller une phrase en particuliers dans le communiqué de 13h45. Celle qui dit jusqu'à présent, Si les perspectives deviennent moins favorables ou si les conditions financières ne permettent plus de nouvelles avancées vers un ajustement durable de l'évolution de l'inflation, le Conseil des gouverneurs se tient prêt à accroître le volume et/ou à allonger la durée du programme d'achats d'actifs. Si elle est modifiée, l'inflexion se confirmera. A fortiori si elle disparaît purement et simplement du communiqué. UBS pense que la décision finale sur le QE interviendra en juin ou en juillet, avant un arrêt en septembre. La banque suisse mise sur un démarrage du cycle de resserrement monétaire à l'été 2019 au plus tôt.

Si des évolutions notables se confirment sur la politique monétaire européenne se confirment, il ne fait aucun doute que Mario Draghi risque d'être assailli de questions sur le sujet. Il ne devrait pas non plus échapper à quelques interrogations sur l'évolution des taux de change, surtout si la politique contribue à renforcer l'euro. Ni sur la montée du protectionnisme après les annonces des autorités américaines dans le domaine de l'acier et de l'aluminium et les réactions des autres pays.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.