La BCE anticipe une contraction de l'économie de 8,7% en 2020

La BCE anticipe une contraction de l'économie de 8,7% en 2020©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 04 juin 2020 à 14h45

Christine Lagarde s'exprime depuis 14H30 à la suite de la dernière décision de politique monétaire de la BCE. La présidente explique que la pandémie de coronavirus et les mesures prises pour l'endiguer ont entraîné une chute brutale de l'activité économique. De graves pertes d'emplois et de revenus et une incertitude exceptionnellement élevée quant aux perspectives économiques ont entraîné une chute importante des dépenses de consommation et des investissements. Si les données d'enquête et les indicateurs en temps réel de l'activité économique ont montré certains signes de ralentissement parallèlement à l'assouplissement progressif des mesures d'endiguement, l'amélioration est jusqu'ici timide par rapport à la vitesse à laquelle les indicateurs ont chuté au cours des deux mois précédents.

Selon les projections macroéconomiques des services de l'Eurosystème, la croissance devrait diminuer à un rythme sans précédent au deuxième trimestre de cette année, avant de rebondir à nouveau au second semestre, grâce au soutien important apporté par la politique budgétaire et monétaire. Néanmoins, les projections impliquent une révision substantielle à la baisse tant du niveau de l'activité économique que des perspectives d'inflation sur l'ensemble de l'horizon de projection, bien que le scénario de base soit entouré d'un degré exceptionnel d'incertitude. Bien que l'inflation globale soit 'anéantie' par la baisse des prix de l'énergie, les pressions sur les prix devraient rester faibles en raison de la forte baisse du PIB réel et de l'augmentation significative de la marge de manoeuvre économique qui en découle.

Selon les nouvelles prévisions de croissance de l'Eurosystème, logiquement revues en forte baisse pour l'année en cours, l'économie de la zone euro devrait ainsi se contracter de 8,7% en 2020 avant de rebondir de 5,2% l'an prochain et de 3,3% en 2022. Concernant l'évolution des prix à la consommation, la BCE anticipe désormais une inflation de 0,3% (-0,8 point par rapport aux prévisions de mars), de 0,8% en 2021 (-0,6 point) et de 1,3% en 2022 (-0,3 point).

En résumé, le recoupement des résultats de l'analyse économique avec les signaux provenant de l'analyse monétaire confirment qu'un large degré d'accommodation monétaire est nécessaire pour la convergence robuste de l'inflation vers des niveaux inférieurs à, mais proches de 2% à moyen terme.

"En ce qui concerne les politiques budgétaires, une position budgétaire ambitieuse et coordonnée reste essentielle, compte tenu de la forte contraction de l'économie de la zone euro. Les mesures prises devraient autant que possible être ciblées et de nature temporaire en réponse à l'urgence pandémique. Les trois filets de sécurité approuvés par le Conseil européen pour les travailleurs, les entreprises et les États souverains, qui représentent une enveloppe de 540 milliards d'euros, apportent un soutien financier important dans ce contexte. Dans le même temps, le Conseil des gouverneurs demande instamment que de nouveaux efforts importants soient déployés en temps utile pour préparer et soutenir la reprise. Nous nous félicitons donc vivement de la proposition de la Commission européenne relative à un plan de relance visant à soutenir les régions et les secteurs les plus gravement touchés par la pandémie, à renforcer le marché unique et à mettre en place une reprise durable et prospère".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.