La BCE est prête à répondre aux pressions du marché, avertit Christine Lagarde

La BCE est prête à répondre aux pressions du marché, avertit Christine Lagarde©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 31 mars 2021 à 10h44

Christine Lagarde met en garde le marché ! La présidente de la Banque centrale européenne a déclaré que l'Institution n'hésitera pas à utiliser tous ses outils à disposition si les investisseurs tentent de pousser les rendements obligataires à la hausse. "Ils peuvent nous mettre à l'épreuve autant qu'ils le veulent", a-t-elle insisté lors d'un entretien accordé à 'Bloomberg TV'. "Nous avons des outils exceptionnels à utiliser en ce moment. Nous les utiliserons en fonction des besoins".

Christine Lagarde met en garde le marché ! La présidente de la Banque centrale européenne a déclaré que l'Institution n'hésitera pas à utiliser tous ses outils à disposition si les investisseurs tentent de pousser les rendements obligataires à la hausse. "Ils peuvent nous mettre à l'épreuve autant qu'ils le veulent", a-t-elle insisté lors d'un entretien accordé à 'Bloomberg TV'. "Nous avons des outils exceptionnels à utiliser en ce moment. Nous les utiliserons en fonction des besoins".

Alors que le contexte économique est marqué par une forte incertitude, la BCE reste très attentive aux conditions de financement. Pour maintenir un environnement favorable, la dirigeante a souligné que le programme d'achats d'urgence face à la pandémie (PEPP) pourrait être prolongé au-delà de mars 2022 si la Banque centrale décide que cela est nécessaire. "Ce n'est pas comme si c'était gravé dans le marbre". Lorsque la BCE décidera de mettre fin au programme, les gouverneurs donneront "un préavis suffisant pour éviter l'anxiété, la colère ou tout autre mouvement" qui a pu se produire dans le passé, a précisé l'ancienne patronne du FMI.

Quant à l'évolution des prix, qui guide la hausse des taux, Christine Lagarde a réaffirmé que des facteurs "techniques, temporaires" vont entraîner des pressions à la hausse sur les prix dans la zone euro à court terme. "Nous n'allons pas nous laisser guider par le mouvement à court terme", a souligné la présidente, précisant que la BCE devait aller outre ces augmentations temporaires parce que ce ne sont pas les facteurs fondamentaux qui sont l'origine de cette inflation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.