La BCE passe outre ses propres limites pour faire face à la crise

La BCE passe outre ses propres limites pour faire face à la crise©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 26 mars 2020 à 09h23

La BCE est prête à tout ! Pour ceux qui en doutaient encore, l'Institution européenne a décidé qu'elle n'appliquera pas les limites qu'elle s'est elle-même imposées dans le cadre de son nouveau programme d'achat d'obligations de 750 milliards d'euros. Alors que la BCE avait signalé dans sa décision d'urgence du 18 mars qu'elle "envisagerait" de réviser ces limites, le texte juridique que s'est procuré Reuters montre que ces dernières ont déjà été supprimées. Les achats d'obligations étaient auparavant plafonnés à 33% de la dette de chaque pays...

Extraordinary times require extraordinary action. There are no limits to our commitment to the euro. We are determined to use the full potential of our tools, within our mandate. https://t.co/RhxuVYPeVR
- Christine Lagarde (@Lagarde)

La BCE précise toutefois que ses achats seront toujours guidés par la participation de chaque pays au capital la BCE, la "clé de répartition du capital", mais que les achats seront effectués d'une manière "flexible" permettant des déviations. Une telle décision pourrait néanmoins valoir à la BCE de nouvelles actions en justice de la part des partisans d'une stricte orthodoxie monétaire qui accusent l'institut d'outrepasser ses pouvoirs en finançant directement les Etats.

Le programme d'achat d'urgence contre la pandémie (Pandemic Emergency Purchase Programme ou PEPP) de 750 MdsE doit permettre à la BCE de "s'assurer que tous les secteurs de l'économie pourront bénéficier de conditions de financements favorables, qui leur permettront d'absorber le choc" créé par l'épidémie.

"La BCE s'expose à un risque juridique et à un contrecoup politique mais cette décision historique est en cohésion avec l'annonce initiale du PEPP, qui prévoyait que la BCE puisse revoir ses propres limites", commente Frederik Ducrozet, stratégiste de Pictet Wealth Management.

L'Institution explique par ailleurs qu'elle publiera certaines données sur les achats sur une base hebdomadaire et mensuelle, mais le texte juridique ne prévoit aucun engagement à publier des chiffres détaillés, ventilés par pays ou par instruments de dette.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.