La BCE pourrait accepter de la dette spéculative comme collatéral

La BCE pourrait accepter de la dette spéculative comme collatéral©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 22 avril 2020 à 08h46

La Banque centrale européenne pourrait encore assouplir sa politique de collatéral, soit ses exigences de garanties en échange de prêts accordés aux banques de la zone euro. Selon des indiscrétions obtenues par 'Bloomberg', les membres de l'Institution doivent discuter ce soir, lors d'une vidéoconférence, de l'acceptation ou non d'obligations notées en catégorie spéculative en échange de prêts. La réunion aurait ainsi pour but d'écarter les craintes que certaines obligations souveraines et d'entreprises ne soient bientôt déclassées au rang de 'spéculatif' en raison du coût de la lutte contre la pandémie de coronavirus.

S&P Global Ratings doit notamment revoir vendredi la note souveraine de l'Italie, actuellement 'BBB', soit seulement deux crans au-dessus de la catégorie 'spéculative', associée à une perspective 'négative'. Une dégradation de deux crans pourrait ainsi potentiellement exclure la troisième économie de la zone euro des programmes de refinancement et d'achat d'actifs de la BCE. Un évènement qui provoquerait alors, sans aucun doute, une envolée des coûts de financement de Rome et une nouvelle crise. Une hypothèse qui n'est toutefois pas encore d'actualité puisque la dette italienne devrait être dégradée par les quatre grandes agences de notation pour être exclue des opérations de la BCE.

Reste que la nervosité sur le marché transalpin est palpable. La prime que les investisseurs exigent pour détenir la dette italienne à 10 ans à la place de la dette allemande est montée en flèche, à 263 points de base actuellement, et ce malgré le fait que le pays ait réussi à lever hier plus de 110 milliards d'euros à 5 et 30 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.