La BCE prête à en faire plus afin d'assurer l'efficacité de sa politique monétaire

La BCE prête à en faire plus afin d'assurer l'efficacité de sa politique monétaire©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 13 mars 2020 à 10h45

Philip Lane met les points sur les 'i'. Après les propos maladroits de Christine Lagarde hier lors de la conférence de presse suivant la décision de politique monétaire de la BCE, l'économiste en chef de l'Institution affirme que la BCE est prête à agir pour réduire les écarts de rendements entre les emprunts des différents pays membres de la zone euro si ceux-ci entravent l'efficacité de sa politique monétaire : "nous ne tolérerons aucun risque pour la bonne transmission de notre politique monétaire dans toutes les juridictions de la zone euro", explique l'économiste.

Dans un article de blog sur le site de la BCE, il ajoute : "nous sommes clairement prêts à en faire plus et à ajuster tous nos instruments, si nécessaire, afin de garantir que les écarts de rendements élevés observés en réaction à l'accélération de la propagation du coronavirus ne compromettent pas la transmission".

Christine Lagarde avait dans un premier temps déclaré jeudi que la BCE n'était "pas là pour réduire les spreads", ce qui a contribué à affoler davantage les investisseurs et obligé la nouvelle présidente de la BC à revenir sur ses propos.

Par ailleurs, alors que certains observateurs ont peu apprécié le statu quo de la Banque sur les taux, Philip Lane explique que "les décisions concernant le taux directeur à court terme doivent être comprises dans le contexte de la nature et de la durée prévue des chocs auxquels l'économie est confrontée, ainsi que du délai de transmission des différents instruments de politique monétaire. Par exemple, une variation du taux à court terme est généralement plus puissante si l'on s'attend à ce qu'elle soit persistante, étant donné l'importance du canal des anticipations pour déterminer l'influence du taux directeur à court terme sur la courbe des taux d'intérêt globale. Ce canal de la persistance est moins pertinent dans le contexte de la propagation du coronavirus. Bien que ce choc majeur nous frappe à grande vitesse, notre scénario de base est qu'il sera finalement temporaire dans sa durée.

En conséquence, nous avons conclu qu'un assouplissement de l'orientation monétaire par le biais d'achats d'actifs supplémentaires et d'un soutien considérable à l'offre de crédit par le biais du programme TLTRO révisé est la réponse la plus appropriée. Toutefois, il doit également être clair que, bien que le taux de la facilité de dépôt (le principal taux directeur à court terme) ait été maintenu à -0,50%, le conseil des gouverneurs conserve la possibilité de réduire le taux directeur à l'avenir, si un resserrement des conditions financières ou une menace pour notre objectif d'inflation à moyen terme le justifient".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.