La BCE se préparerait "à vivre sans la Bundesbank"

La BCE se préparerait "à vivre sans la Bundesbank"©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 26 mai 2020 à 14h52

La Banque centrale européenne se préparerait au scénario du pire. À la suite de la dernière décision de la Cour de Karlsruhe ordonnant à l'Institution européenne de justifier ses achats massifs d'obligations d'État sous peine de poursuivre son programme sans la Bundesbank, la BCE étudierait divers moyens de mener à bien ses rachats de titres.

Le marché s'attend globalement à ce que la Bundesbank, elle-même, résolve le problème juridique soulevé par la Cour constitutionnelle allemande en démontrant que la politique menée par la BCE est appropriée et en répondant aux préoccupations concernant ses effets secondaires. Mais le personnel de la BCE et des banques centrales nationales de la zone euro se préparent, selon les sources de l'agence Reuters, au scénario "incroyable" qui verrait la Justice allemande interdire la participation de la Bundesbank au QE.

Dans ce cas, la BCE, ou moins probablement les autres Banques centrales de la zone euro, se partageraient la part de la Bundesbank dans le Programme d'achat de titres du secteur public (PSPP) et achèteraient des obligations allemandes. En outre, la BCE lancerait probablement une procédure d'infraction contre la Banque centrale allemande pour manquement à son obligation en tant que membre de l'Eurosystème si elle était amenée à cesser d'acheter des obligations. Si la Bundesbank ne s'exécute pas, la BCE pourrait également porter l'affaire devant la Cour européenne de justice (CEJ), ce qui constituerait une première depuis la création de l'euro en 1999.

L'arrivée à une telle situation marquerait dans tous les cas un coup dur pour la zone euro et ferait s'envoler les craintes d'éclatement de la zone alors que Berlin, et son fameux Bund, constituent une des pierres angulaires de l'Union. L'idée de voir d'autres BC acheter des Bunds briserait par ailleurs le principe de "non partage des risques" sur lequel la Bundesbank a insisté lors du lancement du programme en 2015, en vertu duquel chaque BC nationale achète les obligations de son propre pays et le risque est partagé sur le montant limité de la dette achetée par la BCE elle-même.

Ces options n'auraient toutefois pas encore été finalisées ou même officiellement débattues au sein du Conseil des gouverneurs de la BCE, précise Reuters.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.