La Belgique dit adieu au télégramme

La Belgique dit adieu au télégramme©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 12 décembre 2017 à 14h33

Les Belges ont jusqu'au 29 décembre pour envoyer un télégramme. Passée cette date, Proximus n'assurera plus ce service vieux de plus de 200 ans, qui avait inspiré le patronyme précédent de l'opérateur, connu comme la RTT, pour "Régie des Télégraphes et des Téléphones". En Belgique, le télégraphe électrique avait été lancé en 1846, pour remplacer le télégraphe optique, né en 1803.

Pendant des dizaines d'années, le télégramme a été utilisé par les clients résidentiels pour annoncer une naissance, un mariage ou un décès. Dans certains cas, il était même possible d'envoyer un message de félicitations accompagné d'une bouteille de champagne ou d'une peluche, rappelle Proximus. Constituant un commencement de preuve juridique, il a aussi été longtemps employé par les avocats et les huissiers. Au début des années 80, les Belges en envoyaient et en recevaient encore 1,5 million par an, notamment d'Italie, un pays féru de télégrammes. Mais le fax, l'e-mail, le SMS et les messageries instantanées ont sonné le glas du service. Début 2000, le trafic annuel n'atteignait plus que 150.000 télégrammes, puis 50.000 en 2010. Au cours des derniers mois, Proximus ne comptait plus qu'une dizaine de clients professionnels réguliers, plus une poignée de clients résidentiels. Le bilan des 11 premiers mois de 2017 est de 8.000 télégrammes envoyés et reçus. Avec ceux du mois de décembre, ce seront les derniers de l'histoire en Belgique.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.