La Fed baisse ses taux, les investisseurs pas rassurés (commentaires d'experts)

La Fed baisse ses taux, les investisseurs pas rassurés (commentaires d'experts)
Jerome Powell, séance des questions du FOMC à Washington.

Boursier.com, publié le mardi 03 mars 2020 à 23h23

La Fed a surpris les marchés mardi, en abaissant d'un demi-point son principal taux directeur pour soutenir l'économie face aux risques posés par l'épidémie de coronavirus. Wall Street a cependant terminé en baisse (après un rebond de l'ordre de 5% la veille, tout de même). Le président de la Fed, Jerome Powell, a souligné que "les fondamentaux de l'économie des Etats-Unis restent solides, mais l'épidémie de coronavirus fait peser des risques sur l'activité".

Les premiers commentaires d'experts montrent que les marchés n'ont pas été vraiment rassurés par ce geste fort de la banque centrale américaine. Ils regrettent aussi que la réunion des ministres des finances du G7 et de leurs banquiers centraux, qui s'est tenue mardi par téléphone, n'ait pas débouché sur des annonces concrètes de relance budgétaire. Voici quelques réactions de professionnels de la finances, émises mardi soir dans des notes à leurs clients :

* Bastien Drut, Stratégiste senior chez CPR AM : "la grande rapidité (la précipitation diront certains) avec laquelle les banques centrales réagissent à l'épidémie de coronavirus a de quoi surprendre et n'est pas forcément de nature à rassurer. Les taux n'ont jamais été aussi bas dans les pays développés et cela n'est vraisemblablement pas fini".

* Alexandre Baradez, Responsable Analyses Marchés IG France : "la Fed se trouve donc face à un risque important : ne rien faire aurait pu décevoir les marchés qui pricaient une baisse...mais l'ampleur de la baisse et son timing pourrait rappeler de mauvais souvenirs à ces mêmes marchés..."

C'est en effet la première fois que la Fed baisse ses taux directeurs en dehors d'une réunion depuis le 7 octobre 2008, trois semaines après la faillite de Lehman Brothers, qui avait donné le coup d'envoi de la crise financière mondiale des "subprimes"... La prochaine réunion de la Fed est prévue les 17 et 18 mars, tandis que la BCE se réunira le 12 mars.

* Paul Brain, Directeur de la gestion obligataire chez Newton IM (BNY Mellon IM) : "la communication du G7 plus tôt dans la journée n'était pas spécialement instructive, mais la Fed a réagi rapidement en baissant ses taux comme mesure d'urgence. D'autres banques centrales suivront probablement son exemple, mais la Fed a plus de marge de manoeuvre que d'autres - par exemple, la Banque centrale européenne et la Banque du Japon ont une marge de manoeuvre limitée en termes de réduction des taux par rapport aux niveaux négatifs actuellement en place. D'autres mesures telles que l'apport de liquidités au système bancaire et un certain soutien budgétaire devraient suivre, à l'image de l'Italie qui a déjà annoncé une hausse des dépenses".

* Patrice Gautry, chef économiste à l'Union Bancaire Privée (UBP) : "la Fed a renoué avec les baisses de précaution et sa politique de gestion du risque, car les réactions fiscales du gouvernement fédéral pourraient être limitées cette année (d'élection présidentielle : ndlr) Cette action montre aussi que la Fed et la Banque populaire de Chine agissent en parallèle, et sont de facto les deux plus importantes banques centrales. Le communiqué du G7 a déçu, car il semble reporter des actions concrètes, ce qui a probablement forcé la Fed à agir de façon préemptive et rapidement. D'autres baisses de taux pourraient suivre dans le monde ; dans la zone euro, un mix de mesures monétaires et budgétaires devrait être annoncé assez vite, étant donné la dynamique du Covid-19 dans les principaux pays européens.

* Anna Stupnytska, responsable mondiale de la macro-économie chez Fidelity International : "à mesure que le coronavirus continue de se propager, et que les chances de le contenir faiblissent, son impact sur l'économie mondiale devrait être considérable. Mais bien qu'assouplir la politique monétaire aide le sentiment des marchés, les banques centrales ne devraient pas agir de façon isolée; les gouvernements devraient prendre des mesures budgétaires bien conçues et au moment opportun, afin de soutenir leurs économies, qui souffrent non seulement du virus lui-même mais des mesures de prévention qui (dans certain cas) ont paralysé l'activité économique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.