La rentabilité de Casino se redresse en 2017, mais pas comme prévu

La rentabilité de Casino se redresse en 2017, mais pas comme prévu
casino supermarché

Boursier.com, publié le mercredi 17 janvier 2018 à 11h29

Casino a affiché une croissance organique solide au 4ème trimestre. Le groupe a annoncé dans un communiqué diffusé ce matin que son résultat opérationnel courant avoisinera 1,24 MdE, en progression d'environ 20%... Une performance qui apparaît honorable en première lecture, mais qui cache une contribution plus élevée que prévu de la foncière et moindre de la distribution en France. Un scénario qui conforte certains analystes dans leur sentiment que la guerre des prix est en train de se durcir dans l'hexagone.

Sur le seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires de Casino a atteint 10 milliards d'euros, en retrait de -0,3% en glissement annuel en données brutes. Le distributeur précise que sa croissance organique a atteint 3,2%, et sa croissance comparable 2%. Sur une base comparable, la France a progressé de 0,3%, Cdiscount de 9,2%, et l'Amérique latine de 2,4%. Sur la totalité de l'exercice 2017, le chiffre d'affaires s'établit à 37,82 MdsE, en progression de 5% en données brutes, de 3,2% en données organiques et de 2,4% en données comparables. Le résultat opérationnel courant devrait s'établir à environ 1,24 MdE, en croissance de l'ordre de 20%, précise le management, dont plus de 550 ME en France (+10%), avec une contribution évaluée à près de 90 ME pour l'immobilier et à plus de 460 ME pour la distribution pure. Le consensus visait 38,19 MdsE de revenus et 1,22 MdE de résultat opérationnel courant, mais attendait une répartition plus favorable en faveur de la distribution, dont la hausse serait inférieure à 10% alors que les objectifs étaient autour de 15%.

Les principaux changements de périmètre qui ont affecté les comptes sont la cession des activités asiatiques en 2016, le reclassement de Via Varejo et de Cnova Brazil en activités abandonnées et la consolidation en intégration globale de GEIMEX au 31 octobre 2016. Par ailleurs, le groupe prévoit de transférer 122 magasins, majoritairement sous enseigne Leader Price, à un franchisé historique, dans l'optique de poursuivre la transformation et le redressement du parc de l'enseigne. L'opération devrait être finalisée au cours du trimestre.

La distribution française sanctionnée

Le marché punit sévèrement le distributeur en fin de matinée, avec un titre qui perd 6% à 47,69 euros, entraînant dans sa chute celui de sa maison-mère Rallye, en baisse de -4,7% à 14,46 euros. La fin d'année médiocre reflète une pression qui se renforce en France, commente James Grzinic, le spécialiste du secteur chez Jefferies, mais aussi des trous d'air déflationnistes au Brésil et la concurrence des discounters en Colombie. L'analyste s'attend à une embellie au Brésil mais craint la poursuite des difficultés en Colombie et l'émergence d'un nouveau défi en France si Carrefour dégaine les bonnes armes. Il reste neutre sur le dossier, valorisé 42 euros par titre, largement en-dessous des cours actuels. Casino va manquer ses objectifs de résultats dans la distribution en France, abonde Antoine Parison, chez Bryan Garnier, qui ajoute que la pente prise par le marché des changes dernièrement ne devrait pas vraiment aider pour les activités internationales. Il relativise toutefois la fin d'année car il estime que l'effet calendaire n'a pas aidé et qu'octobre a été pénalisé par des conditions météorologiques défavorables. Bryan Garnier reste toutefois acheteur en visant 58 euros. La Société Générale, JP Morgan et Raymond James ont également réitéré leurs recommandations positives.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU