LafargeHolcim charge la barque en 2017, le titre baisse

LafargeHolcim charge la barque en 2017, le titre baisse©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 mars 2018 à 09h10

LafargeHolcim aura fait patienter ses actionnaires jusqu'au 2 mars pour publier ses résultats 2017 et dévoiler ses objectifs de court et de moyen terme. La performance sous-jacente est en amélioration, mais la publication est assombrie par 3,8 milliards de francs de dépréciations d'actifs, qui font basculer le résultat net dans le rouge vif, du moins du point de vue comptable. Le nouveau directeur général Jens Jenisch a déjà imprimé sa marque, en créant une nouvelle division et en dévoilant des objectifs à l'horizon 2022. Le dividende, lui, est inchangé à 2 CHF. Le début de séance est particulièrement pour le titre, qui perd près de 4% à 45,80 euros. Sans surprise pour ce qui nous concerne, les comptes sont nettoyés au karcher, écrit ce matin un bureau d'études parisien. Jefferies s'attend à un ajustement en légère baisse du consensus, de l'ordre de 0 à 3% pour 2018, mais rien qui ne soit insurmontable. Les bureaux d'études attendent les données détaillées du plan de Jenisch pour ajuster la mire.

Une performance plutôt solide en fin d'année

Le cimentier a réalisé un chiffre d'affaires 2017 de 26,13 milliards de francs, en baisse de -2,9% en données publiées, mais en progression de 4,7% sur une base comparable, supprimant le poids des cessions (-6,5%) et les effets de change (-1,1%). L'Ebitda sous-jacent atteint 6 MdsCHF, soit une progression de 6,1% sur une base comparable, conformément aux objectifs annoncés en octobre. Le résultat net ajusté ressort à 1,42 MdCHF, en progression de 11,3%. Cependant, le groupe a pris une énorme dépréciation d'actifs, qui atteint 3,83 MdsCHF, ce qui entraîne le résultat net comptable en pertes de -1,67 MdCHF. Les dépréciations ont principalement concerné le Goodwill et des actifs réévalués dans le cadre de regroupements d'entreprises. La dette nette a baissé à 14,35 MdsCHF. Le cash-flow libre (1,685 MdCHF) a progressé de 1,5%, soit un taux de conversion du cash de 28%. Les résultats (chiffre d'affaires et Ebitda) sont supérieurs aux attentes du consensus. Les importantes dépréciations d'actifs sont en majorité liées à des actifs opérationnels, en particulier pour tenir compte des risques géopolitiques. Deux tiers des dépréciations ont concerné l'Algérie, la Malaisie, l'Irak, le Brésil, l'Indonésie et l'Egypte.

Cette année, le franco-suisse devrait afficher une croissance du chiffre d'affaires de l'ordre de 3 à 5% et une progression de l'Ebitda sous-jacent d'au moins 5% sur base comparable, ce qui devrait mécaniquement stabiliser voire améliorer la marge. Les dépenses d'investissement resteront inférieures à 2 MdsCHF, même si certaines initiatives de croissance seront privilégiées. L'assemblée générale du 8 mai prochain se verra proposer la distribution d'un dividende 2 CHF, stable.

Une croissance régulière jusqu'en 2022

Ce 2 mars est également l'occasion pour le groupe de dévoiler la teneur de son plan stratégique de moyen terme, dont l'échéance a été fixée à 2022 et qui a été nommé "Building for Growth". L'objectif est évidemment de générer une croissance rentable, en allégeant et en simplifiant la structure. Sur les cinq prochaines années, la croissance annuelle du chiffre d'affaires devrait être de 3 à 5%, et celle de l'Ebitda sous-jacent d'au moins 5%. LafargeHolcim veut également améliorer son cash-flow libre à plus de 40% de l'Ebitda sous-jacent, et porter son retour sur capital investi à plus de 8%. Concrètement, le groupe a prévu de mettre en oeuvre des stratégies plus agressives dans les granulats et le béton prêt à l'emploi, tout en continuant à renforcer ses activités ciment. Un quatrième segment d'activité va voir le jour, baptisé "Solutions & Produits", qui va intégrer les préfabriqués, les produits en béton, l'asphalte, les mortiers et les services. Le programme d'économies devrait générer 400 MCHF par an à partir du premier trimestre 2019, en réduisant les frais généraux. Dans ce cadre, le cimentier a prévu de fermer ses bureaux corporate de Singapour et de Miami en milieu d'année. En parallèle, la solidité financière sera renforcée par environ 2 MdsCHF de cession d'actifs, qui devraient avoir lieu en 2019. Les investissements seront limités à 2 MdsCHF par an, le cash-flow libre excédentaire étant affecté au versement du dividende.

Nous avons déjà commencé à mettre en place une organisation plus légère et plus agile pour nous rapprocher encore de nos clients, en dotant nos dirigeants pays d'une plus grande autonomie, souligne Jan Jenisch, le directeur général arrivé de chez Sika. Cette stratégie est soutenue par de nouveaux objectifs centrés sur la croissance, visant à améliorer la rentabilité et la génération de cash et à offrir des rendements plus attractifs et plus durables pour les actionnaires, a-t-il poursuivi.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.