Lagardère : pas de trêve coronavirus pour Amber Capital qui tente un putsch

Lagardère : pas de trêve coronavirus pour Amber Capital qui tente un putsch
Arnaud Lagardère portrait

Boursier.com, publié le jeudi 26 mars 2020 à 18h25

Pas de trêve coronavirus pour Amber Capital, qui lance une nouvelle offensive sur Lagardère ! Le fonds activiste va demander un renouvellement total du conseil de surveillance lors de la prochaine assemblée générale du groupe prévue le 5 mai prochain. Amber critique depuis des années la gouvernance et la gestion de Lagardère, groupe en commandite.

A la Bourse de Paris, l'action Lagardère a fini jeudi sur un bond de 14% à 11,07 euros, après ces informations, dans un marché en progression plus modeste (+2,5% pour le CAC 40).

Le fonds, qui revendique la place de premier actionnaire devant le Qatar, avec 16,42% du capital, veut créer un contre-pouvoir face à l'indéboulonnable Arnaud Lagardere, gérant commandité. Pêle-mêle, Amber réclame, sous forme de résolutions en vue de la prochaine AG, l'abandon de la commandite, une simplification de la structure du groupe, la réduction des coûts de la holding ainsi qu'une révision de la politique de dividende.

Parmi les personnalités proposées par Amber aux postes d'administrateurs, on retrouve Brigitte Taittinger-Jouyet, ex-patronne des parfums Annick Goutal et administratrice de Suez et de Fnac-Darty, Enrico Letta, ancien président du Conseil italien, et Patrick Sayer, ex patron d'Eurazeo, et qu'Amber souhaite voir accéder à la tête du conseil.

Amber propose de conserver Nicolas Sarkozy, qui a l'oreille du Qatar, au conseil, ainsi que Guillaume Pepy. Lagardère avait annoncé le mois dernier l'entrée dans son conseil de surveillance de l'ancien chef de l'Etat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.