LDC grimpe après l'annonce de son projet de reprise partielle de Doux

LDC grimpe après l'annonce de son projet de reprise partielle de Doux
poulet volaille

Boursier.com, publié le jeudi 29 mars 2018 à 14h29

LDC grimpe de 3% à 130 euros ce jeudi après avoir confirmé les informations de presse faisant état d'une offre de reprise partielle des actifs et des activités de Doux en grande difficulté depuis de nombreux mois. La procédure doit donner lieu à une décision du Tribunal de Commerce prévue début avril... Au global, le plan de LDC prévoit la reprise de 298 salariés et 203 reclassements de proximité au sein du Groupe LDC. 60 ME seront investis annonce LDC. Le groupe Doux emploie aujourd'hui 1200 salariés.

"Ce mouvement est une surprise, le groupe indiquait jusqu'à présent ne pas être intéressé par Doux et vouloir investir dans des usines à l'étranger" commente Portzamparc qui précise que les activités de ventes de poulets congelés à l'exportation qui représentent une part importante de l'activité du groupe Doux semblent difficilement rentabilisables... La reprise du reste des activités de Doux pourrait en revanche avoir du sens pour LDC (activités de produits élaborés et de négoce d'oeufs)". Verdict : "Renforcer avec un objectif de cours à 123,5 euros".

400.000 poulets par semaine

A Châteaulin, le plan prévoit la construction d'un nouveau site industriel d'abattage et de découpe de volailles dédié aux marchés industriels et de la restauration. Dans cette perspective un investissement industriel de 55 ME est programmé. LDC explique qu'à l'horizon 2020, le site emploierait 250 collaborateurs pour une capacité d'abattage de 400.000 poulets par semaine. Par ailleurs, l'ancien site serait loué au principal client du Groupe Doux, Almunajem, pour la gestion des activités "surgelé" dédiées au grand export, métier historique du site...
Le projet de reprise présenté par LDC prévoit également la reprise du site de produits élaborés de Quimper et de l'intégralité de ses salariés. Un investissement de 5 ME est programmé.

Sur les activités amont le plan prévoit le maintien des activités et des éleveurs en Bretagne comme en Vendée. En Bretagne, le plan prévoit la création d'une société mixte dont les actionnaires (LDC Amont, Almunajem, Triskalia, Terrena et Région Bretagne) assureront les approvisionnements. En Vendée, Terrena et LDC ont conclu un accord portant sur la reprise de la totalité des activités aliment et de ses salariés. Tous les éleveurs pourront être accueillis dans les organisations d'élevage des deux groupes. Enfin, dans l'hypothèse de la fermeture du site de Chantonnay, LDC s'est engagé à offrir à l'ensemble des salariés du site un poste sur des unités de la société Arrivé Maître Coq (filiale de LDC) implantées dans un rayon de moins de 25 kilomètres...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.