LDLC : les résultats 2018-2019 virent au rouge

LDLC : les résultats 2018-2019 virent au rouge©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 20 juin 2019 à 18h07

Le groupe LDLC a préservé sa marge brute à 17% sur l'exercice 2018-2019, avec une progression au deuxième semestre à 17,6%. L'EBITDA s'établit à 2 ME pour l'exercice 2018-2019, renouant comme escompté avec un EBITDA positif au 2nd semestre. Après une perte opérationnelle au 1er semestre, liée au développement de nombreux projets (évolution des systèmes d'information et des plateformes informatiques, lancement de l'implantation en Espagne, mise en place d'une équipe BtoB en région parisienne...), l'EBITDA a enregistré une nette amélioration au deuxième semestre pour atteindre 3,9 ME, tirant parti de la progression de la marge brute, de la matérialisation des économies liées aux synergies groupe et de l'abaissement des charges.

Le résultat opérationnel bascule en perte de 4,3 ME malgré un léger bénéfice au deuxième semestre. Le coût de l'endettement financier s'élève à 1,9 ME, contre 1,1 ME un an plus tôt. La charge d'impôts est négative à -1,8 ME contre 2,3 ME en n-1. Au global, le résultat net part du groupe s'inscrit en perte à -4,3 ME. LDLC avait réalisé sur l'exercice 2018-2019 un chiffre d'affaires annuel de 507,5 ME, en progression de +7,5%.

Les capitaux propres s'établissent à 53,2 ME (contre 60,7 ME au 31 mars 2018) pour un endettement financier net de 61,5 ME (52,4 ME au 31 mars 2018) dont environ 33 ME liés à la valeur des actifs immobiliers. Les ratios bancaires du contrat de crédit (covenants) n'étant pas respectés à la clôture de l'exercice, les dettes adossées ont été reclassées en court terme pour un montant de 35,4 ME dans le bilan du 31 mars 2019. LDLC annonce qu'une lettre de waiver a été signée, à la date d'arrêté des comptes, marquant l'accord à l'unanimité du pool bancaire de ne pas se prévaloir du non-respect des ratios bancaires requis au 31 mars 2019 et de renoncer ainsi à l'exigibilité immédiate de la dette.

LDLC entend confirmer, à partir de 2019-2020, son objectif de retour à des niveaux de croissance et de rentabilité plus conformes avec ses performances historiques. Le groupe devrait bénéficier sur l'exercice en cours de tendances plus favorables (inversion de tendance sur les activités BtoC, nouvelle progression de l'activité LDLC.pro) et du fruit de ses investissements (développement du réseau de boutiques - 45 en France à fin juin 2019, et montée en puissance des activités en Espagne).

Sur le plan financier, le groupe a mis en oeuvre plusieurs mesures visant à significativement améliorer l'EBITDA sur 2019-2020, notamment une réduction de l'ordre de 3,5 ME des charges de personnel issue des actions engagées lors du 2nd semestre de l'exercice 2018-2019 et une rationalisation des coûts permettant d'économiser de l'ordre de 1,2 ME par an.

Parallèlement, LDLC anticipe un désendettement important sur l'exercice avec la cession de deux actifs immobiliers : le 12 juin, la cession des murs de l'entrepôt de Nantes a été finalisée pour un montant de 11,3 ME (générant 6,1 ME de cash net de frais divers et une réduction de l'endettement de 4,4 ME). Le désengagement du siège social, actuellement en crédit-bail, est également en cours et devrait être finalisé au cours du 1er semestre 2019-2020. Pour rappel, ce bien, acquis en 2017, a été enregistré au bilan pour une valeur d'environ 22 ME.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.