Le CAC40 limite ses pertes sur la semaine, Soitec en forme, Sopra chute

Le CAC40 limite ses pertes sur la semaine, Soitec en forme, Sopra chute©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 19 octobre 2018 à 17h45

LA TENDANCE

Au terme d'une semaine très riche, le CAC40 recule de 0,22% sur cinq séances, à 5.085 points ce vendredi soir. La prudence est plus que jamais de mise sur les marchés alors que les nuages sont toujours aussi nombreux à l'horizon : guerre commerciale sino-américaine, ralentissement de la croissance en Chine, budget italien dans le viseur de la Commission européenne, négociations sur le Brexit qui patinent entre l'UE et le Royaume-Uni, tensions sur le marché obligataire, resserrement monétaire...

Aux Etats-Unis, le compte rendu de la réunion de politique monétaire de septembre de la Réserve fédérale a confirmé que les membres du FOMC étaient très majoritairement favorables à la poursuite de la remontée progressive des taux, au risque de susciter de nouvelles critiques de Donald Trump. La BCE sera sur le pont la semaine prochaine. D'éventuelles annonces sont attendues sur le réinvestissement du produit des emprunts arrivant à échéance, sujet extrêmement sensible pour le marché obligataire au moment où l'institution de Francfort s'apprête à arrêter ses rachats massifs de dette.

L'actualité a également été marquée par une avalanche de publications d'entreprises des deux côtés de l'Atlantique. Si dans l'ensemble, les résultats et/ou chiffre d'affaires sont de bonne facture, les avertissements de Sopra Steria, Bouygues et Michelin ont été sévèrement sanctionnés.

Les valeurs

* Genfit flambe de 19,5%. Une performance qui place la biotech en tête du SBF120. La valeur a été dopée par une note de Bryan Garnier qui a initié le suivi du dossier avec une recommandation 'achat' et une valorisation théorique fixée à 65 euros.

* Soitec grimpe de 13,5%, alors que le groupe a revu à la hausse sa perspective de marge d'EBITDA de l'activité Électronique de l'exercice 2018-2019. Celle-ci est désormais attendue à un niveau de l'ordre de 30% contre environ 27% précédemment. La société a annoncé un chiffre d'affaires consolidé de 95 ME au titre de son 2ème trimestre de son exercice 2018-2019, en hausse de 29% et de 31% en données comparables.

* Casino progresse d'environ 8%. Le distributeur, cible de nouvelles attaques cette semaine, a dévoilé un chiffre d'affaires de 8,9 milliards euros, en recul de 2,4%, mais en hausse de 3,3% en comparable. Casino a également confirmé tous ses objectifs annuels et les tendances du quatrième trimestre devraient être "en ligne" avec celles du troisième". Les ventes en France ont progressé de 1,9% en comparable, enregistrant leur meilleure performance trimestrielle depuis trois ans, bénéficiant comme Carrefour, d'une consommation favorable en juillet et août liée à la météo et à une solide fréquentation touristique.

* Fnac Darty s'adjuge 8%, porté par des chiffres d'activité pour le troisième trimestre meilleurs que prévu, dans un contexte difficile suite à la météo et à l'effet de base défavorable, notamment.

* Carrefour avance de 7%. La performance meilleure qu'attendue du distributeur au troisième trimestre a été logiquement saluée par le marché. Le groupe, pénalisé par la baisse du real brésilien, a vu ses ventes reculer de 2,8% à 21,09 milliards d'euros en données publiées, mais ces dernières ont progressé de 2,1% en comparable (contre +0,7% au 1er semestre). La croissance a été tirée par le rebond en France (+1,6%) où tous les formats se sont améliorés, et par la nette amélioration au Brésil (+5,1%). Interrogé sur le consensus des analystes sur le résultat opérationnel courant attendu pour 2018 (1,86 milliard d'euros, en baisse par rapport aux 2,01 MdsE de 2017), Matthieu Malige a estimé que ce chiffre était "en ligne avec les performances du groupe".

* Thales (+6%) compte atteindre le haut de la fourchette de ses objectifs annuels après avoir enregistré sur neuf mois une croissance organique de son chiffre d'affaires de 7,9%, tirée par ses activités militaires.

* EDF gagne 5,5%. Régulièrement sur le devant de la scène depuis plusieurs mois, le scénario d'une scission des activités nucléaires de l'électricien refait surface. Selon 'Challenges', le ministère des Finances aurait retenu JPMorgan comme conseiller en vue d'étudier une telle option. Le magazine, qui ne cite pas ses sources, précise qu'EDF n'a, de son côté, pas encore embauché de banque-conseil.

* Publicis (+5%) a vu ses revenus rebondir au troisième trimestre, une série de gains de budgets ayant compensé les contre-performances d'une activité de santé dont le groupe publicitaire a décidé de se séparer. La croissance interne a atteint 1,3% au 3e trimestre 2018 à comparer à -0,4% au cours des six premiers mois de l'année.

* Rémy Crointreau monte de 4,5%. Le groupe de spiritueux a accéléré le rythme au second trimestre grâce aux bonnes performances du cognac Rémy Martin en Chine et dans d'autres pays de la région Asie Pacifique. Sur les trois mois clos fin septembre, la croissance organique a atteint 9,1%, après une progression de 5,9% au trimestre précédent. Le consensus tablait sur une croissance limitée à 7,8%.

* Pernod Ricard grignote 1% après l'annonce d'une croissance organique nettement supérieure aux attentes entre juillet et septembre. Le numéro deux mondial des spiritueux a annoncé, au titre de son premier trimestre 2018-2019, un chiffre d'affaires de 2,39 milliards d'euros, en hausse de 7,2%, et de 10,4% à taux de changes et périmètre constants (contre 7,9% de consensus) après une progression de 5% au trimestre précédent. Les objectifs ont été confirmés.

* Air France KLM termine la semaine stable. Après des mois de négociations, Air France a indiqué avoir trouvé un accord salarial avec plusieurs organisations syndicales, représentant 76,4% des suffrages exprimés aux dernières élections. Si la CFDT, la CFE-CGC/UNAC, FO/SNPNC, la SPAF et l'UNSA aérien Air France (sol et PNC) ont signé cet accord, le SNPL, principal syndicat de pilotes, n'a comme attendu pas validé cette proposition. L'accord ne comporte pas de surprise puisque les principales mesures avaient largement filtré dans la presse... Il comprend notamment une augmentation générale des salaires de 2%, avec effet rétroactif au 1er janvier 2018, et une augmentation générale des salaires de 2% au 1er janvier 2019.

A l'inverse, * Sopra Steria plonge de 28,7%. La société de conseil et de services informatiques a lancé un gros avertissement sur ses résultats, pénalisée notamment par les difficultés apparues dans son activité de "banking software". Elle table désormais sur un taux de marge opérationnelle d'activité d'environ environ 7,5% (soit un résultat opérationnel d'activité légèrement supérieur à 300 ME), contre un consensus de 8,5%, et sur une croissance organique du chiffre d'affaires d'au moins 4,5% pour l'année 2018, et non plus le haut de son objectif initial ("entre +3% et +5%").

* Michelin (-10,7%) a revu à la baisse ses prévisions de marché pour 2018, évoquant un tassement de la demande chinoise et l'impact des nouvelles normes européennes en matière d'émissions polluantes. Le pneumaticien ne prévoit plus qu'une hausse de 0,5% du marché mondial des pneus pour les voitures de tourisme, contre une projection précédente de +1,5%. Sur le seul dernier trimestre, ce marché est même attendu en baisse de 0,5%. Dans le segment des camions, le groupe anticipe désormais une contraction de 1,5% contre une augmentation de 0,5% attendue précédemment.

* Bouygues redonne 9,6%. La révision à la baisse des perspectives de rentabilité des activités de construction et l'avertissement, qui en découle, sur les résultats de l'ensemble du groupe, ont été lourdement sanctionnés par le marché. Bouygues, qui a en revanche confirmé les perspectives de ses filiales TF1 et Bouygues Telecom, envisage désormais un résultat opérationnel courant stable ou en légère baisse alors qu'il comptait sur une nouvelle amélioration de sa rentabilité. Cet avertissement sur résultats intervient deux semaines après une journée investisseurs dédiée aux activités de construction, lors de laquelle le groupe avait dit sa confiance dans les perspectives de ce marché.

* Vilmorin chute de 6,1% suite à la présentation de comptes annuels 2017-2018 (exercice clos au 30 juin 2018), marqués par un repli de son bénéfice net et un chiffre d'affaires consolidé de 1,346 MdE, en retrait de 4,8% à données courantes.

* Renault perd 6% avec PSA Groupe (-4,7%). Outre le violent décrochage du marché automobile européen en septembre, le secteur é également été victime des avertissements de Michelin et de Daimler. Valeo (-7,4%) et Faurecia (-10,4%) n'ont également pas été épargnés.

* AccorHotels recule de 1% malgré une publication trimestrielle plutôt solide. Le groupe hôtelier a réalisé, au troisième trimestre, un chiffre d'affaires de 1,033 milliard d'euros, en progression de 22,3% en données publiées et de 7,6% en données comparables. Le revenu par chambre disponible (RevPar), principale mesure d'activité du secteur, progresse de 5,9% sur le trimestre, après une hausse de 5,6% au premier semestre. Le groupe anticipe désormais un excédent brut d'exploitation dans le haut de la fourchette communiquée en juillet dernier, soit entre 700 et 720 ME.

* Danone perd timidement 0,1%. Le groupe agroalimentaire, qui a souffert de la chute de sa nutrition infantile en Chine et de ses livraisons de lait au Maroc pour cause de boycott, a vu son chiffre d'affaires reculer de 4,4% en données publiées à 6,18 milliards d'euros. En organique, sa croissance est tombée à 1,4%, un chiffre toutefois supérieur aux 1,2% attendus par le consensus, mais nettement inférieur aux 3,3% au deuxième trimestre. Danone a confirmé ses objectifs 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.