Le Canada va évaluer le Rafale de Dassault et ses rivaux

Le Canada va évaluer le Rafale de Dassault et ses rivaux©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 février 2018 à 07h03

L'équipe de France (Dassault Aviation, Thales, Safran) fait partie des industriels admis à l'appel d'offres que les autorités canadiennes organisent pour remplacer leurs jets de combats CF-18. La liste a été officialisée en date du 22 février par Ottawa. Elle comprend tous les acteurs occidentaux attendus : Saab et son Gripen, Eurofighter (Airbus, BAE Systems, Leonardo) et son Typhoon, Boeing et son Super Hornet, Lockheed Martin et son F-35, ainsi que leurs gouvernements respectifs. Et Dassault et son Rafale, évidemment.

Un contrat de 88 avions

Le contrat canadien est un enjeu majeur pour les groupes de défense, puisqu'il porte sur 88 appareils, dont le premier doit être livré en 2025. Mais le processus de sélection sera long puisque l'objectif du gouvernement local est de désigner le lauréat en 2021 voire en 2022. Après une période d'évaluation, les offres seront soumises au printemps 2019. Ces délais correspondent à ceux observés ailleurs au monde pour les processus d'approvisionnement de cette taille et de cette complexité, ont d'ailleurs souligné hier les services en charge de l'approvisionnement, tout en rappelant qu'il s'agit du plus gros contrat de l'aviation royale canadienne depuis plus de 30 ans.

Le Canada a prévu de se déterminer en fonction du coût, des exigences techniques et des retombées économiques. Dans un contexte de mondialisation, la part qui sera octroyée aux sous-traitants locaux est devenue une composante clef de ce type de contrat. La politique des retombées industrielles et technologiques du pays impose notamment à un fournisseur d'investir au Canada un montant équivalent à la valeur du contrat. A ce stade, le gouvernement estime que la totalité du programme (de la préparation amont à la livraison du matériel) coûtera entre 15 et 19 milliards de dollars canadiens, soit entre 9,6 et 12,2 milliards d'euros sur la base du change actuel.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.