Le CSeries d'Airbus et Bombardier exonéré de droits de douane exorbitants aux Etats-Unis

Le CSeries d'Airbus et Bombardier exonéré de droits de douane exorbitants aux Etats-Unis©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 29 janvier 2018 à 07h30

La Commission américaine sur le commerce international (ITC) a refusé vendredi de suivre la recommandation du Département américain du commerce d'infliger des droits de douane rédhibitoires aux avions CSeries de Bombardier importés du Canada. Cette affaire avait défrayé la chronique il y a de cela quelques mois, lorsque les autorités américaines avaient décidé de fixer des droits de douane à 300% pendant cinq ans aux appareils du programme après une plainte de Boeing accusant son rival d'avoir bénéficié d'un soutien public faussant la concurrence. La position de l'ITC a été prise à l'unanimité de ses quatre membres, mais sans que sa justification n'ait été rendue publique.

La décision est une victoire pour l'innovation, la concurrence et la primauté du droit, s'est réjoui Bombardier dans un communiqué. C'est aussi un beau succès pour Airbus, qui avait signé il y a quelques semaines un accord de reprise du programme CSeries. Le patron du groupe européen, Tom Enders, a parlé de victoire incontestable. Je n'ai jamais entendu (parler) d'une bonne stratégie menée de manière agressive contre son propre client et c'est pourquoi je m'en tiens à l'écart. Je pense que ce n'est pas une façon de faire des affaires, a expliqué le dirigeant en fustigeant l'attitude de Boeing dans ce dossier.

Accélération en vue en Alabama

L'avionneur américain estime que les aides publiques touchées par Bombardier ont permis au Canadien de remporter auprès de Delta un gros contrat à ses dépens, grâce à des prix cassés. Un raisonnement que n'a visiblement pas partagé l'ITC. Parmi les arguments qui ont été développés ces derniers mois par les défenseurs du CSeries, figure notamment le fait que Boeing ne pouvait estimer avoir perdu un contrat avec Delta puisqu'il ne dispose pas en catalogue d'un appareil capable de rivaliser sur le segment du CSeries, qui occupe un créneau délaissé par Boeing mais aussi, jusque-là, par Airbus. Lorsque le groupe de Tom Enders avait annoncé son projet de prendre une part majoritaire dans le programme à l'automne dernier, les analystes avaient applaudi. Le patron d'Airbus a d'ailleurs déclaré vendredi que son groupe allait accélérer le déploiement d'une ligne d'assemblage de l'appareil sur son site américain de Mobile, dans l'Alabama.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.