Le deuxième actionnaire de Creval demande au Crédit Agricole de relever son offre

Le deuxième actionnaire de Creval demande au Crédit Agricole de relever son offre©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 avril 2021 à 12h20

Le Crédit Agricole va sans doute devoir rehausser son offre sur Credito Valtellinese (Creval) s'il veut concrétiser ses ambitions transalpines. Après plusieurs actionnaires et le Conseil de Creval, Denis Dumont, le deuxième actionnaire de la banque italienne, a officiellement repoussé les avances du CA, jugeant son offre trop basse. La société d'investissement du fondateur de l'enseigne 'Grand Frais' DGFD, qui détient 6,15% de Creval, se dit favorable à un rachat mais "le prix proposé n'est pas adapté à la valeur actuelle et future de Creval", selon une déclaration transmise à 'Bloomberg'.

Le Crédit Agricole va sans doute devoir rehausser son offre sur Credito Valtellinese (Creval) s'il veut concrétiser ses ambitions transalpines. Après plusieurs actionnaires et le Conseil de Creval, Denis Dumont, le deuxième actionnaire de la banque italienne, a officiellement repoussé les avances du CA, jugeant son offre trop basse. La société d'investissement du fondateur de l'enseigne 'Grand Frais' DGFD, qui détient 6,15% de Creval, se dit favorable à un rachat mais "le prix proposé n'est pas adapté à la valeur actuelle et future de Creval", selon une déclaration transmise à 'Bloomberg'.

Si le prix n'est pas amélioré et que l'offre échoue, DGFD est prêt à prendre des mesures pour soutenir l'avenir de Creval en tant que prêteur indépendant. "Creval est l'un des prêteurs les plus solides d'Europe, avec une excellente qualité de crédit et une activité principale fortement améliorée et plus rentable".

Crédit Agricole Italia, filiale à 75,6% du Crédit Agricole, a proposé en novembre dernier de racheter Creval au prix de 10,50 euros par action dans le cadre d'une opération évaluée à 737 millions d'euros. Les dirigeants de la banque française ont répété à plusieurs reprises que leur offre était équitable et qu'ils n'avaient pas l'intention de l'augmenter, même si les actions Creval se négocient au-dessus du niveau de l'offre et qu'un grand nombre d'actionnaires ont demandé un prix plus élevé. La banque a déclaré qu'elle avait besoin d'au moins 50% plus une action pour que l'offre soit acceptée. Les investisseurs ont jusqu'au 21 avril pour apporter leurs titres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.