Le GRASPA d'Erytech échoue en phase IIb dans la LAM, le titre incotable

Le GRASPA d'Erytech échoue en phase IIb dans la LAM, le titre incotable©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 08 décembre 2017 à 09h13

Mauvaise nouvelle pour Erytech : GRASPA (eryaspase) a échoué en phase IIb sur son critère principal, la survie des patients, dans le traitement de la Leucémie Aigüe Myéloïde (LAM). Eryaspase a montré des résultats de sûreté et d'efficacité positifs dans le cancer du pancréas et dans la leucémie aigüe lymphoblastique. Nous restons déterminés à développer cette option de traitement pour les patients dans ces indications et potentiellement d'autres, a déclaré le management, qui commentera les résultats lors d'une conférence téléphonique prévue lundi à 11h00. L'étude de phase II ouverte, randomisée et multicentrique, évaluait eryaspase comme traitement de première ligne pour des patients atteints de LAM, âgés de 65 ans ou plus et non-indiqués pour un traitement intensif de chimiothérapie. Elle a porté sur 123 patients dans 30 sites européens. Le critère principal de cette étude de preuve de concept était la survie globale.

Le potentiel de GRASPA dans les autres indications intact

Le titre est incotable à la baisse à Paris à l'ouverture, devant l'afflux d'ordres vendeurs. Jefferies tente de minimiser l'impact de cette annonce. L'analyste Peter Welford parle d'un coup d'arrêt mineur, car il n'assignait que 30% de probabilité de réussite dans l'indication. Les deux autres indications lui paraissent bien plus intéressantes. GRASPA dans la LAM ressortait à 16 euros par action dans le modèle de valorisation du spécialiste, soit 68 euros par titre (et 10 euros en intégrant les ADR). Jefferies souligne que la société a de quoi se financer jusqu'en 2020, après la levée de fonds réalisée aux Etats-Unis. Gilbert Dupont réduit pour sa part de 45 à 35 euros son objectif, tout en soulignant que ces résultats ne remettent pas en cause la qualité du produit qui a démontré d'excellents résultats dans la LAL et le cancer du pancréas. L'analyste ajoute que la LAM est une indication vraiment compliquée.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU