Le patron de la Bundesbank appelle déjà les Etats à réduire leurs dettes une fois la crise passée

Le patron de la Bundesbank appelle déjà les Etats à réduire leurs dettes une fois la crise passée©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 17 avril 2020 à 14h43

Jens Weidmann félicite les gouvernements de la zone euro pour leurs dépenses "importantes et impressionnantes" dans la lutte contre le coronavirus, mais avertit sur le fait qu'ils devront resserrer leurs budgets une fois l'urgence passée. Dans un entretien accordé à 'Bloomberg, le président de la Bundesbank affirme : "une politique fiscale extrêmement expansionniste ne peut être maintenue en permanence... À l'avenir, tous les pays devront donc s'attacher à réduire les ratios d'endettement très élevés et à s'assurer de l'acceptation des marchés des capitaux, et ce d'une manière qui soit compatible avec nos règles budgétaires".

"Il n'est pas encore possible de dire avec certitude si les mesures prises jusqu'à présent seront suffisantes", souligne le dirigeant, qui a brigué l'an passé le poste de président de la BCE. "La politique monétaire apporte une contribution majeure et importante dans le cadre de son mandat, et continuera à jouer son rôle".

Contrairement à plusieurs pays, dont la France, l'Allemagne est opposée à l'émission de "coronabonds" pour financer les dépenses de lutte contre la pandémie de coronavirus. Un instrument qui permettrait de mutualiser la dette européenne et de soutenir les pays les plus fragiles, Italie en tête.

La zone euro peut néanmoins compter sur l'appui de la BCE qui s'est engagée à acheter plus de 1.000 milliards d'euros de dette privée et publique cette année et offre des liquidités presque illimitées aux banques afin de s'assurer qu'elles continuent d'acheminer le crédit aux entreprises et aux ménages. En revanche, alors que la Réserve fédérale américaine prêtera directement aux entreprises qui ont besoin d'un soutien, M. Weidmann a déclaré que cette mesure est peu probable en Europe en raison de la forte dépendance de l'Institution vis-à-vis des banques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.