Le pétrole au plus haut depuis 2 mois, parie sur la reprise

Le pétrole au plus haut depuis 2 mois, parie sur la reprise©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 12 mai 2021 à 21h50

Alors que les marchés boursiers s'inquiètent face à une poussée de l'inflation en avril aux Etats-Unis, les cours du pétrole ont poursuivi leur ascension, mercredi, les investisseurs tablant sur une baisse des stocks et une reprise de la demande mondiale dans la deuxième partie de 2021.

Alors que les marchés boursiers s'inquiètent face à une poussée de l'inflation en avril aux Etats-Unis, les cours du pétrole ont poursuivi leur ascension, mercredi, les investisseurs tablant sur une baisse des stocks et une reprise de la demande mondiale dans la deuxième partie de 2021.

Le baril de brut léger américain WTI a bondi de 1,2% à 66,08$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, tandis que le Brent a avancé de 1,1% à 69,32$ (contrat de juillet).

Les deux variétés de brut ont gagné plus de 35% depuis le début de l'année, les investisseurs anticipant une accélération de la demande au second semestre 2021 à mesure que les effets de la pandémie de coronavirus s'estomperont dans les principales zones économiques mondiales.

Les prix à la pompe au plus haut depuis 6 ans aux Etats-Unis

En outre, aux Etats-Unis, les prix de l'essence à la pompe ont bondi au-dessus de 3$ le gallon pour la première fois depuis plus de 6 ans, suite à la récente cyberattaque contre le réseau de Colonial Pipeline, qui a désorganisé la distribution de carburants, entraînant des pénuries dans certaines stations services du sud-est des Etats-Unis.

Beaucoup d'Américains se sont rués dans les stations pour faire le plein par précaution, même si Colonial a affirmé lundi qu'il avait commencé à rouvrir ses lignes de distribution "par étape" avec pour objectif de rétablir l'essentiel des opérations "d'ici la fin de la semaine".

La hausse des cours du pétrole brut s'est produite malgré l'annonce mercredi d'une baisse moins importante que prévu des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis. D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 7 mai ont reculé de 0,4 million de barils à 484,7 mb, contre une baisse de 2,1 mbj attendue par le consensus.

Perspectives favorables d'ici à la fin 2021, malgré une "reprise fragile"

Par ailleurs, dans son dernier rapport mensuel, publié mercredi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé que les stocks mondiaux de brut accumulés pendant la crise du Covid étaient presque revenus à la normale, et a prévu que la demande mondiale de brut aura presque retrouvé ses niveaux d'avant-crise d'ici à la fin de l'année, ce qui a soutenu les cours.

La demande devrait ainsi remonter à 99,6 mbj au 4e trimestre, tout proche des 100,6 mbj du dernier trimestre 2019. Quant à l'offre, elle ne devrait pas grimper très vite, les producteurs de l'OPEP+ (dont la Russie) ayant décidé de ne rouvrir les vannes que progressivement à partir de ce mois de mai.

En attendant, la demande mondiale de pétrole a reculé en avril du fait d'un rebond de l'épidémie de Covid-19 notamment en Inde et en Thaïlande, preuve que la reprise "demeure fragile", a encore relevé l'AIE.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.