Le pétrole boucler une semaine folle sur un gain d'environ 6%

Le pétrole boucler une semaine folle sur un gain d'environ 6%©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 20 septembre 2019 à 22h57

Les opérateurs se souviendront longtemps de cette semaine assez folle sur le marché pétrolier. Malgré un léger repli vendredi soir, sur fond de tensions croissantes au Moyen-Orient, de regain des tensions commerciales, et de ralentissement de l'économie mondiale, l'or noir a affiché un gain hebdomadaire de 6 à 7% !

Le baril de Brent de la mer du Nord a cédé vendredi 0,2% à 64,28 dollars à Londres, contre une clôture à 60,2$ vendredi dernier, soit un bond de 6,7%. Le baril de brut léger américain (WTI) a reculé de 0,07% à 58,09$ sur le Nymex, contre 54,9% il y a sept jours (+5,9%).

Une envolée historique lundi

Une attaque coordonnée de drones menée samedi dernier contre deux installations saoudiennes a réduit de moitié la production de l'Arabie saoudite, soit plus de 5% de la production mondiale, provoquant lundi la plus forte hausse des cours du pétrole depuis la guerre du Golfe de 1990-1991. Les Etats-Unis ont acquis la certitude que ces attaques ont été menées non pas depuis le Yémen, mais depuis le sol iranien, et que des missiles de croisière ont été utilisés, a indiqué mardi un responsable américain. Téhéran réfute toutes ces accusations...

Le Royaume rassure

Après cette flambée du début de semaine, les cours se sont nettement assagis dans la foulée de l'annonce du nouveau ministre de l'Energie saoudien. Lors d'une conférence de presse, le prince Abdulaziz bin Salman a indiqué que la production pétrolière du Royaume sera de retour à la normale d'ici à la fin septembre. La compagnie pétrolière Aramco a confirmé cet engagement vendredi.

"Les investisseurs devraient probablement parier sur le fait que le pétrole se stabilisera pour l'instant dans une fourchette entre 60 et 65 dollars le baril, bien que le risque soit à la hausse", explique Christopher Wood chez Jefferies. "Le message central de ces attaques est la vulnérabilité de l'infrastructure saoudienne".

La situation reste tendue entre Téhéran et Washington

Reste que la menace de représailles contre la République islamique maintient les cours du brut à un niveau élevé. Le ministre iranien des Affaires étrangères a prévenu que toute frappe mènerait à une guerre totale...

Tempête Imelda aux Etats-Unis

Pour ne rien arranger, la tempête tropicale Imelda aux États-Unis a contraint une importante raffinerie à réduire sa production tandis qu'un important oléoduc, des terminaux et un chenal maritime au Texas ont été fermés. Les marchés mondiaux surveillent également les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine à Washington, alors que les représentants des deux parties ont repris les pourparlers en face à face pour la première fois en près de deux mois jeudi.

L'économie mondiale tousse

Des discussions d'autant plus importantes que l'économie mondiale montre des signes de fragilité croissants. L'OCDE est venue le rappeler hier en abaissant nettement ses prévisions. Citant l'intensification des conflits commerciaux, des politiques protectionnistes qui pèsent de plus en plus lourd sur la confiance et l'investissement, et les risques qui continuent de s'accroître sur les marchés financiers, l'Organisation basée à Paris n'anticipe plus qu'une hausse du PIB mondial de 2,9% cette année, soit 0,3 point de moins qu'il y a quatre mois, avant une très légère accélération en 2020 (3% contre 3,4% attendu auparavant), soit des taux de croissance annuelle les plus bas depuis la crise financière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.